Home / Livres / Fantastique / Le Poids de son regard – Tim Powers

Le Poids de son regard – Tim Powers

Le Poids de son regardAprès Parmi les tombes, Tim Powers nous revient avec une préquelle à son récit fantastique victorien. Celui-ci était une réussite avec une ambiance sombre et marquée par la peur. Bref, le récit se suffisait à lui-même et une préquelle ne risque-t-elle pas de venir gâcher un peu cette émulation fantastique, ce plaisir de lecture d’un one-shot (chose rare s’il en est) ?

La couverture m’a semblé nettement moins belle que celle de Parmi les tombes. Même si l’illustration est pleinement adaptée au roman, j’ai préféré la version sobre et sombre du premier roman. C’est la présentation de l’éditeur qui nous indique le lien temporel entre les deux titres :

1816, Angleterre.
Un soir d’ivresse, à la veille de son mariage, Michael Crawford passe l’anneau au doigt d’une statue… bientôt, d’inquiétants phénomènes se succèdent et, lorsque sa femme est brutalement assassinée dans le lit conjugal, la vie tout entière de Crawford bascule.
Forcé de fuir pour éviter l’étreinte fatale d’une lamie, la muse légendaire qu’il a éveillée sans le savoir, Crawford s’engage dans un périple épique à travers l’Europe, où le surnaturel se mêle à la réalité, la passion à l’horreur. Il croise sur son chemin Byron et Shelley, poètes maudits eux aussi envoûtés par la tentatrice.
Capable d’inspirer les plus beaux vers, celle-ci est aussi d’une jalousie mortelle, et n’hésitera pas à balayer tous les obstacles la séparant de l’homme qu’elle a choisi…

Quarante-six années avant les évènements de Parmi les tombes, Michael Crawford se marie pour la seconde fois mais à cause d’une soirée d’enterrement de vie de garçon bien arrosée il se retrouve dans une situation difficile. Au cours d’un orage, il a glissé la bague de sa future femme au doigt d’une statue mais celle-ci s’évapore. Il parvient tant bien que mal à se marier mais dès le lendemain de la nuit de noce il se réveille et sa femme est morte à côté de lui, la cage thoracique défoncée. S’ensuit alors une course contre la montre durant laquelle pas mal de zones d’ombre de Parmi les tombes seront levées, et cela pour le salut de Michael Crawford.

Plus trépidant que le précédent, plus horrifique également, Le Poids de son regard va vous proposer une course en avant particulièrement prenante mais surtout on a la sensation que Tim Powers a souhaité pousser encore plus son récit dans le surnaturel et l’horreur. Cela n’est pas un mal puisque je préfère l’horreur décrite que celle qui est suggérée. Or le lecteur frémit à la lecture de certaines scènes qui n’ont pas été sans me faire penser à certains jeux d’horreur, notamment celle de la soeur de la mariée qui déguisée en infirmière vient de sa démarche d’automate tirer sur Michael. La description de cette scène, par exemple, est assez typique de ce que Tim Powers est capable de produire de meilleur.

Stylistiquement, la traduction est bonne malgré un ou deux anachronismes au niveau de termes mais à la réflexion, il était difficile de trouver une autre formulation… Le style de l’auteur est respecté, le rythme et le langage de l’époque victorienne sont parfaitement adapté au roman, rien à redire là-dessus.

Bref, Le Poids de son regard n’est pas une préquelle vitale à lire mais elle est simplement agréable, inquiétante et particulièrement réussie. Il est intéressant de se dire que chacun des deux titres se suffit à lui-même mais qu’ils se complètent, rendant l’expérience de l’entrée dans l’univers de Tim Powers encore plus intéressante… Bref, si vous avez aimé Parmi les tombes, jetez-vous sur celui-ci il est presque meilleur. Pour les autres choisissez par lequel vous souhaitez commencer mais plongez-vous dedans et vous verrez que tous les vampires ne brillent pas au soleil…

Le Poids de son regard
Tim Powers
Bragelonne

25 €

About Thomas Riquet

Passionné de littératures de l’imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d’Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom.

Ce faisant il assure également la direction littéraire d’anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Check Also

Juste un peu de cendres – Aurélien Police et Thomas Day

  Juste un peu de cendres est le premier comics d’Aurélien Police, illustrateur reconnu pour …

2 comments

  1. Albumine Tagada

    Euh, Le Poids de son regard n’est pas une préquelle ! Paru en 1989 aux USA, il précède de beaucoup Parmi les tombes, qui en prolonge l’univers et garde comme lien cette pauvre famille Crawford, que Powers semble aimer torturer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *