Home / Livres / Fantasy / Le Mage prodigue – Les Enfants du Pêcheur T1 – Karen Miller

Le Mage prodigue – Les Enfants du Pêcheur T1 – Karen Miller

Attention les fans de Karen Miller, notre auteure nous revient avec la suite de La Prophétie du royaume de Lur. Elle a enfin décidé de compléter son magistral diptyque et de nous ramener dans cet univers si attachant de Lur. Dans ce nouveau roman, Fleuve Noir a renouvelé sa confiance à l’excellent traducteur qu’est Cédric Perdereau, en passe de devenir traducteur officiel de Karen Miller, et en ce qui concerne la couverture, quel plaisir de pouvoir contempler à nouveau le talent de Miguel Coimbra. Bien maintenant que les présentations sont faites,  si nous attaquions le plat de résistance : le roman en lui-même. Je ne vous ferai pas l’injure de représenter l’une des reines de la fantasy moderne. Je déroge à mes habitudes, et ne vous livre pas la quatrième de couverture, qui a, à mon sens, le défaut, de balayer en trois lignes la totalité de l’ouvrage sans pour autant donner spécialement envie d’ouvrir le roman.

Une décennie s’est écoulée depuis que nous avons quitté Asher, Dathné, Darran, Perrin, les Olkens et les Doranens. Morg avait été vaincu et tous nos héros ont reconstruit leurs vies. Ils ont maintenant des familles, des enfants, des projets… Et pourtant tout va de nouveau basculer dans l’horreur, quand Asher et les mages Olkens vont commencer à ressentir les ondes de douleur que la terre de Lur envoie. Les enfants d’Asher, Rafel et Dennie vont également faire partie de ceux qui sont accablés par cette douleur. Ils ont bel et bien hérité des pouvoirs de leurs parents, même si ceux-ci, espérant les protéger, leur ont dissimulé cette vérité. Le Mage Bienheureux va venir à bout de cette nouvelle crise qui exacerbe nombre de sentiments antagonistes au sein des dirigeants de Lur, sur l’avenir des deux peuples, olken et doranen, obligés par les évènements à partager le même royaume.

Je ne vous en livrerai pas plus sur le déroulé de l’histoire. Par contre, quel plaisir de retrouver la patte de Karen Miller. Autant, vous vous en souvenez peut-être, j’avais été déçu par sa dernière saga des Seigneurs de guerre, où son scénario et son écriture paraissaient bien mièvres et bien en dessous de ses productions habituelles, autant sur ce roman on retrouve tout son talent. Elle vous prend par la main dès les premières pages et vous emmène de plus en plus loin au sein de Lur et de ses habitants. On retrouve avec grand plaisir le parler franc et populaire d’Asher, la retenue et la majesté de Dathné, le sens politique de Perrin. Les nouveaux personnages qui apparaissent, principalement les enfants de nos premiers protagonistes, prennent au fil des pages et du déroulé de l’aventure une profondeur et une densité, caractéristiques du style de Karen Miller. Comme attendu, l’écriture est légère, la lecture est un véritable plaisir, et l’on s’enfonce très loin dans ce royaume.

La chute de ce premier tome est vraiment inattendue. Messieurs les éditeurs, pourquoi nous livrer les séries par morceau ? Est-ce une volonté délibérée de frustrer le lecteur pendant des mois ou bien une façon de s’assurer de son addiction ? Bon je plaisante mais vraiment, dans ce cas précis, je suis bel et bien frustré et sans aucune indication sur la durée de cette frustration. Donc ne voulant pas me retrouver tout seul dans cet état, vous n’avez plus qu’une solution : acheter le roman, le lire et entamer votre attente de la deuxième partie.

Au plus tôt possible pour la chronique de la suite des Enfants du Pêcheur.

Le Mage prodigue
Les Enfants de Pêcheur T1
Auteur : Karen Miller
Traducteur : Cédric Perdereau
Illustrateur : Miguel Coimbra
Fleuve Noir
23,50 €

About Madtrader

Check Also

Carnets noirs – Stephen King

« Oui, j’espère vraiment. Pour son bien. Parce que l’argent qui tombe du ciel, ça promet …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *