Home / Livres / Fantasy / Le Jeu de la Trame – Sylviane Corgiat & Bruno Lecigne

Le Jeu de la Trame – Sylviane Corgiat & Bruno Lecigne

Hélios est un label qui a régulièrement le goût de nous dénicher des petits titres oubliés du patrimoine imaginaire français et cette intégrale des quatre opus du Jeu de la Trame ne fait pas exception à cette règle. Publiés initialement dans la défunte collection Fantasy du Fleuve Noir ces romans sont un peu la pépite ignorée du domaine francophone. Maniant avec intelligence rythme soutenu, univers prenant et érotisme, cette quadrilogie est donc réofferte au public qui ne devrait pas bouder son plaisir.

La couverture dévoile en teintes de rouge un univers asiatique avec cet espèce d’homme solitaire, caché sous son large chapeau et visiblement en position de défense. Une belle réussite graphique qui représente bien le roman. La présentation de l’éditeur nous en dis également plus sur ce que nous allons trouver dans ces pages :

Trente-neuf, c’est le nombre de cartes du Jeu de la Trame que Keido, fils du seigneur du Roseau, doit réunir afin de ressusciter sa sœur, morte de l’avoir trop aimé.
 Et il ne laissera rien n’y personne le distraire de son but. Des guerres sauvages du pays des Mille Nuages aux combats contre les pirates sans merci du fleuve Salé en passant par la bataille contre le terrible Ordre des Ananke, Keido ira même jusqu’à franchir la Muraille de Pierre pour se livrer aux brûlures inconnues des Terres de Cendre et affronter les légendaires créatures de feu. Mais que trouvera-t-il au bout du chemin ?

Les deux auteurs nous proposent un univers épatant, à mi-chemin entre Japon médiéval et fantasy classique. Et c’est l’univers qui m’a dans un premier temps séduit à la lecture de cette intégrale. Grand fan d’univers nippons je ne pouvais pas passer à côté tout en craignant d’être déçu à la lecture car peu nombreux sont les auteurs a prévenir à recréer ces ambiances et ces personnages forts. Et pourtant ici pas de réelles fausse note. Nous ne sommes clairement pas dans un Japon fantasmé du fait de certains détails (armes et armures notamment) mais le reste de l’ambiance à la fois poétique et feutrée y est bel et bien. Et en partant de là les personnages sont également totalement crédibles dans leur propre univers. De même l’utilisation de la magie, liée essentiellement à l’utilisation des cartes prend tout son sens et donne un sel particulier à l’ensemble.

Passons au scénario global de ces quatre tomes. Clairement conçus pour être courts et rythmés ils sont parfaitement exécutés et on sent que les deux auteurs ne s’encombrent pas de détails inutiles car ils ont énormément à dire en peu de pages. Et de fait cela donne des romans qui indépendamment se lisent très très vite et de manière extrêmement fluide. L’histoire de Keido et de sa volonté de ressusciter sa sœur, pour une raison que je n’aurais pas pensé de prime abord mais qui nous est expliqué dès les premières pages et prend tout son sens, est prenante et immersive. D’aventure en aventure il tente de réunir le Jeu de la Trame, tarot magique qui l’emmènera aux quatre coins de sa contrée. Alternant quête et moments plus calmes où il tente de se cacher et de se fixer ses prochains objectifs. Ce séquençage offre aux auteurs la possibilité de développer leur protagoniste ainsi que des personnages secondaires. Les aventures que Keido vit sont les éléments les plus fantasy de l’ensemble de l’histoire et apporte cette part de magie et de suspense nécessaires à ce roman.

Passons maintenant aux personnages. Keido est la fois un excellent héros et le mec le plus énervant qui soit. Si l’on comprends ce qu’il veut et comment il souhaite l’obtenir je dirais que le mélange entre son innocence d’esprit et sa violence aveugle par moments ne fait que le rendre antipathique. J’ai donc vraiment des sentiments mitigés sur ce héros qui s’avère autant meurtrier que sauveur. La quête qu’il mène est poussée par un égoïsme que personnellement j’apprécie peu mais qui se comprends au fur et à mesure de la plongée dans son esprit.

Les protagonistes secondaires quand à eux sont très divers. De Naoyama la jeune aveugle, au pirate en passant par les soldats, seigneurs, paysans qu’il croise, chacun a un but final et une psychologie spécifique. De même les auteurs nous surprennent parfois avec eux. Prenons l’exemple de Naoyama qui n’a aucun but dans le premier tome et qui va s’avérer d’une importance capitale par la suite ! Cela contribue donc à rendre l’ensemble crédible et à nous faire comprendre que quoi que l’on pense les auteurs vont chercher à nous prendre à contrepied.

Le style des deux auteurs et l’érotisme qui se dégage de bon nombre de moments sont intimement liés. Nous ne sommes pas dans un roman pornographique bien que l’action soit pourtant décrite avec précision mais dans un roman d’imaginaire et du coup ils parviennent à y ajouter une douceur et une poésie assez rare. Oui même dans les moments les plus crus ou les plus violents une certaine poésie, liée à l’ambiance de l’ensemble des romans, se dégage du tout. Et c’est justement cette ambiance qui change tout. Car sinon même s’ils sont bien écrits ces romans sont de la veine Fleuve : écrits presque au kilomètre et publiés rapidement, et malheureusement bien souvent aussi vite oubliés. Mais ici l’économie de mots n’est pas préjudiciable au roman au contraire : elle lui donne du rythme et le reste de l’ambiance est posée par la poésie du verbe.

Il y aurait encore beaucoup à dire sur cette intégrale mais je ne souhaite pas trop vous en révéler (je hais les spoilers) et je vais donc m’arrêter là. Si vous aimez les univers asiatiques et la fantasy je n’ai qu’une chose à dire : foncez et ne vous retournez pas car vous ne le regretterez assurément pas ! Mon seul regret reste le format car le livre est très épais et au format poche alors qu’avoir un grand format pour cette intégrale ne m’aurait pas semblé aberrant, mais comme vous le voyez si c’est le seul bémol alors foncez !

Le Jeu de la Trame
Sylviane Corgiat & Bruno Lecigne
Hélios / Mnémos
23 €

About Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Check Also

Silo Générations – Hugh Howey

Hugh Howey vit à Jupiter, en Floride. C’est typiquement le genre de chose qui ne …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *