Home / Livres / Fantastique / L’appât – Enael T1 – Helen Falconer

L’appât – Enael T1 – Helen Falconer

Enael est différente.
Des visions l’obsèdent et elle développe de mystérieux pouvoirs. Quand elle apprend qu’elle est en réalité la fille d’une fée, elle décide de partir à la recherche de ses origines dans le pays de l’éternelle jeunesse. Commence alors pour elle un étrange voyage au pays des elfes et des maléfices où l’amour semble être le plus attirant des poisons…
« L’eau était gelée. Les aubépines qui flottaient à la surface embaumaient : une odeur sucrée qui montait à la tête. Ses longs cheveux s’étalaient autour d’elle comme une auréole d’or. Elle avança vers le centre du lac, et l’eau glacée se referma sur elle… »

Enael est une adolescente au quotidien très ordinaire. Elle va au collège et passe son temps à parler de garçon avec sa meilleure amie Carla. Mais ses habitudes se trouvent assez rapidement perturbées par une étrange apparition. Alors qu’elle se rendait au cinéma avec tout un groupe de camarades pour l’anniversaire de la peste de la classe, elle aperçoit au loin une enfant courir dans la lande. Affolée, Enael fait arrêter le bus et cours à sa poursuite, jusqu’à partir loin dans les bois et même jusqu’à plonger dans un trou d’eau.Rattrapée sa meilleure amie et Shay, le mystérieux solitaire, ils reviennent tous trois la mine coupable et les vêtements en loques. C’est à ce moment que les choses deviennent de plus en plus étranges pour Enael. D’abord, elle ne peut pas s’empêcher de s’inquiéter pour cette enfant aperçue dans la lande, puis des choses inexpliquées se produisent dont elle semble être la cause malgré elle. L’accumulation finie par avoir raison d’elle, et Enael se met à chercher la vérité sur son identité et son enfance.

Au tiers du roman, l’adolescente apprend enfin la vérité : elle est une fée, échangée avec la véritable enfant de ses parents. Sans prendre le temps de réfléchir une minute de plus, Enael prend la fuite. Elle rejoint Shay et l’entraine irrémédiablement dans son voyage mouvementé vers le monde des fées. Sans avoir aucune indications, ni aucune idée de ce qu’elle fait, Enael fonce comme un boulet de canon à la rencontre de son monde d’origine. Elle prend des risques inconsidérés et manque de les tuer tous les deux à plusieurs reprises.Et quand enfin ils arrivent dans cet eldorado plein d’arc-en-ciel… ils découvrent un monde pas si enchanté que ce que l’on croit. Un monde où les dangers viennent des bêtes dont on s’y attend le moins lorsqu’on a passé sa vie chez les humains, un monde dangereux où la mort frappe.

Helen Falconer nous livre là un petit bijou. Parfait pour une première immersion dans le fantastique mais aussi très plaisant pour un lecteur à la recherche d’originalité.Elle dépeint avec justesse le quotidien banal d’une adolescente, à grand coup de texto abrégé, si bien qu’en tant qu’adulte on arrive assez facilement à s’y replonger (tout en gardant une certaine distance).Les personnages sont bien imaginés et tous assez différents les uns des autres. Enael est volcanique comme Shay est mesurée, tandis que Caitlin est stressée et stressante comme Ultan est calme et bonne patte. Tous sont intéressants, l’histoire de Shay est particulièrement aussi intrigante qu’elle se révèle intéressante. On trouve tout de même quelques petits bémols dans l’écriture, mais qui bien heureusement ne gêne pas la lecture et ne fait pas décrocher le lecteur. En effet par moment, l’action est tellement pressante que les mouvements sont mal ou trop peu décrits, ce qui fait qu’on a parfois du mal à s’y retrouver. Il y a aussi des passages où la transition d’un moment à un autre n’est pas assez marquée et on ne comprend pas immédiatement qu’il y a eu une ellipse temporelle par exemple.  En cherchant la petite bête j’ai repéré une prise de parole amenée maladroitement et une mauvaise formulation avec une répétition. Mais ce ne sont que de menu détails qui, je le répète, ne gênent que très peu la lecture. L’histoire est tellement prenante qu’on passe vite à autre chose, on veut trop connaître la suite, car le roman a un bon rythme : à chaque tiers, tout s’accélère, que cela soit au niveau des révélations sur le fonctionnement du monde des fées ou au niveau des personnages, ou enfin de l’action.

L’auteure puise énormément dans les légendes irlandaises, et paradoxalement ce sont ces vieilles légendes qui redonnent un coup de jeune au style fantastique présent dans nos rayons aujourd’hui car elles font l’originalité de l’histoire. En effet, entre ces pages, vous trouverez votre initiation aux légendes qui ont réellement existé en Irlande. Quoi de mieux qu’un fond de réalité pour ferrer notre esprit si apte à croire ? Dans ce livre, on parle de changeling, de lenanshee, de sheog… Ces créatures qui étaient monnaie courante dans les conversations d’une époque, et qui sont aujourd’hui oubliées de la nôtre, sont là, entre ces pages, et elles n’attendent que vous. Elles continuent d’exister et de peupler l’imaginaire grâce à Helen Falconer qui nous fait redécouvrir ces êtres autrefois si connus.

Enfin, en ce qui concerne la fin de ce premier tome : j’ai été très heureuse de lire une fin ouverte avec un suspens soutenable, et non pas un douloureux cliffhanger ; bien qu’ils soient appréciables, cela fait du bien de terminer un roman sur une note plus calme que d’habitude.En résumé c’est un bon roman fantastique qui peut plaire aux petits comme aux grands. N’hésitez pas à vous jeter sur ce petit bonbon au goût arc-en-ciel.

About InfoComete

Baignée depuis toute petite dans l’univers fantastique grâce à L’Histoire sans fin, j’ai plongé tête la première dans la lecture lorsqu’un jour, à Noël, on m’a offert La Quête d’Ewilan de Pierre Bottero.
Depuis, je ne cesse de parcourir les méandres de l’imaginaire à la recherches de folles aventures. Grâce à Emagimarock j’en ai découvert une foultitude : Codex Aléra, La Légende de la Femme-Louve, Red Queen etc.

Check Also

Star Marx – Le Guide de Voyage de l’Aventurier des Mondes Imaginaires – Maximilien et la Moitié

« Après avoir réussi à dominer l’ensemble de la surface terrestre, l’URSSS (Union des Républiques Sidérales, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *