Home / La Guerre, anthologie d’une belligérance – Yael Assia & Merlin Jacquet

La Guerre, anthologie d’une belligérance – Yael Assia & Merlin Jacquet

Les toutes jeunes Editions Hydromel viennent de sortir une anthologie de haute volée autour d’une thématique déjà partiellement explorée mais pourtant récurrente en imaginaire : la guerre.  Or, je n’ai entendu parler de cette anthologie que de manière tardive et je trouve que finalement, elle n’a pas été assez mise en avant après du lecteur, ce qui est extrêmement dommage au vu de la qualité générale de ce titre.

La couverture de Simon Goinard Phelipot est à la fois émouvante et brouillonne. Il y a de nombreuses manières d’illustrer la guerre et celle adoptée n’aurait pas été mon premier choix, même si je dois reconnaître à la fois la qualité graphique et l’idée originale mises en place ici par l’illustrateur. La présentation de l’éditeur est finalement assez attendue et classique mais met bien les choses en place :

La guerre, c’est l’opéra grotesque d’un crime à grande échelle ; une forme fondamentale de la nature humaine, le théâtre atavique de la discorde. La guerre, c’est l’abandon de soi dans l’idée commune, et l’expression la plus extrême de la solitude de l’être.

Cette anthologie propose des textes exceptionnels mais certains n’ont pas su me séduire. Voici un point complet sur ces quatorze textes rédigés par des auteurs de qualité :

Tout commence avec Sur le Chemin du Retour de Léo Henry. Auteur que je ne connaissais que peu, j’ai été réellement pris au débotté par ce récit du retour d’un commando qui a chaque mission bénéficie d’une amnistie pour un crime qu’ils seraient amenés à commettre. Une grande nouvelle de science-fiction. Mahrem de Luvan m’a posé plus de problème. Les conséquences des activités guerrières humaines ne me paraissaient pas devoir être placées au début de l’anthologie et finalement, le ralentissement de rythme provoqué par ce texte m’a un peu dérangé. Il reste toutefois d’une qualité littéraire indéniable. C’est ensuite au tour de Stéphanie Benson de nous proposer sa vision de la guerre à travers Traces de pas à l’envers dans la neige, un texte surprenant par son esthétique photographique d’une qualité indéniable. Définir une image de la guerre est capital et cette auteure s’y est attachée avec un grand talent.

On retrouve ensuite un auteur bien connu des lecteurs depuis le succès de son roman chez La Volte : Stéphane Beauverger. Avec Théâtre des opérations,  l’auteur nous invite dans une vision parallèle de la guerre où des saltimbanques luttent avec leurs moyens contre la misère. Prenante, cette nouvelle surprend de prime abord puis le lecteur s’installe dans le rythme très rapidement.  Jérôme Noirez nous invite ensuite à découvrir ce qu’est la Musique de la viande. Après un texte sur l’image de la guerre, cet auteur bien connu du public nous montre la musique de celle-ci à travers un texte aux accents de poésie et d’horreurs militaires. Sombre, cette nouvelle enveloppe le lecteur dans son cocon de ténèbres avant de le relâcher hébété et heureux de sa lecture. L’un de mes textes préférés, vous l’aurez compris… Jacques Mucchielli est le suivant sur la liste des auteurs invités au sein de cette anthologie. Shrapnel memento se concentre sur la question des pertes familiales dans la guerre. C’est un très court texte, bien écrit mais qui ne reste pas dans la mémoire bien longtemps car l’auteur n’a pas su combattre la linéarité du récit.

La querelle des anges égarés de Li-Cam nous parle de combats actuels : la Palestine. Sa lutte entre anges est totalement symbolique d’une manière d’envisager la lutte qui porte plus à réflexion qu’au plaisir pur de lecture. C’est ensuite au tour de Jean-Michel Calvez de nous régaler d’un texte époustouflant : Guntown. Trafic d’armes et traite des êtres humains sont au centre de la problématique. Magnifiquement écrite, dotée d’un scénario

La Guerre
Anthologie d’une belligérance
Yael Assia & Merlin Jacquet (dir.)
Hydromel
17 €

About Thomas Riquet

Passionné de littératures de l’imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d’Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom.

Ce faisant il assure également la direction littéraire d’anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Check Also

Colorado Kid – Stephen King

  L’un s’appelle Dave Bowie, l’autre Vince Teague. L’un est gros, l’autre est mince. L’un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *