Accueil / Livres / Fantasy / La Cité exsangue T1 – Les Nouveaux Mystères d’Abyme – Mathieu Gaborit

La Cité exsangue T1 – Les Nouveaux Mystères d’Abyme – Mathieu Gaborit

Mathieu Gaborit est un auteur qui a laissé sa patte dans le domaine de l’imaginaire français à la fois par sa saga Abyme, juste sublime, mais également par sa discrétion et sa sympathie. Le voir revenir à la plume est donc pour moi un grand moment de plaisir car je me demandais depuis longtemps s’il reviendrait dans l’univers qui l’avait fait découvrir. Et c’est maintenant chose faite avec La Cité exsangue, mais pas tout à fait comme le lecteur peut s’y attendre. Cet auteur n’a donc pas fini de nous surprendre !

La couverture est particulièrement réussie et met en avant une vue de la cité assez brouillée et sombre mais pourtant je l’ai trouvée terriblement séduisante. La quatrième de couverture pour sa part nous pose le contexte global du roman :

Abyme, ville merveilleuse et baroque, est aussi l’unique cité des Royaumes crépusculaires où les peuples mortels peuvent cohabiter avec les démons et leurs seigneurs infernaux… Jusqu’à aujourd’hui. Après dix ans d’absence, Maspalio, farfadet flamboyant et ancien Prince-voleur de renom revient dans sa cité de cœur sur une énigmatique injonction de son ancienne amante Cyre. Mais dès son arrivée, rien ne se passe comme prévu. Abyme a changé et souffre d’une mystérieuse affliction. Aspiré dans un tourbillon de mésaventures, l’arrogant Maspalio devra se révéler d’une improbable humilité pour venir à bout des fléaux qui s’abattent sur lui et les siens…

Revenir à Abyme dix ans après n’est pas chose simple ! Énormément de choses ont changé, évolué, et la cité qu’a connu Maspalio n’est plus du tout la même. Il va d’ailleurs s’en rendre compte directement dès les premières pages du roman et sa désillusion va devenir de plus en plus totale plus nous avançons dans la lecture. Le scénario de base proposé par Mathieu Gaborit est intéressant à plus d’un titre car malgré un pitch assez basique va s’avérer bien plus tortueux que prévu, et cela pour notre plus grand plaisir ! L’arrivée de différents protagonistes au fil du roman fait évoluer légèrement la trame scénaristique, surprenant le lecteur et ouvrant de nouvelles perspectives pour la suite. L’auteur confirme donc ce que l’on savait déjà sur lui : il sait monter un scénario et le développer pour que le lecteur n’ait pas réellement conscience de là où il va être emmené.

Les personnages proposés par Mathieu Gaborit sont, comme à son habitude, haut en couleurs et permettent à l’aventure d’avancer sur des pistes inattendues comme je le disais. Maspalio est impressionnant pour un farfadet, tout comme Mèche en gamine bad-ass à souhaits. Les autres protagonistes, qu’ils fassent une simple et brève apparition ou bien qu’ils soient là pour dure, sont chacun bien définis, démontrant ainsi la maîtrise de l’auteur. Il n’en est pas à son coup d’essai et cela se sent. Parmi les personnages je citerais également Abyme car la ville donne régulièrement la sensation d’avoir une âme bien à elle et au fil des pages, je l’ai clairement ressenti ainsi et du coup le récit se retrouve à avoir plus de profondeur.

Le retour de Mathieu Gaborit à l’univers d’Abyme se fait donc en fanfare et avec talent. La Cité exsangue est clairement l’un des romans de fantasy indispensables de l’année 2018 tant il parvient à allier un univers immersif à une aventure passionnante de bout en bout. Mnémos nous propose donc de nous plonger de nouveau avec délice dans Abyme et visiblement l’éditeur et l’auteur n’ont pas l’intention de s’arrêter là puisque c’est un premier tome !

La Cité Exsangue
Mathieu Gaborit
Mnémos
2018

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

TINY – JdR Éditions

Frédéric Dorne est un gars bien ! Pour l’avoir croisé à Octôgones il y a …

A New Horizon – Komatsu

  Après avoir parlé de stoner et de doom, il est temps de compléter la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *