Home / Dossiers / Incantarium, l’artbook magique de Michel Borderie

Incantarium, l’artbook magique de Michel Borderie

MiB_2013En janvier 2013, Michel Borderie annonçait la parution officielle de son premier artbook à tirage limité (250 exemplaires numérotés et 30 hors commerce, sans numéro). Baptisé Incantarium, l’ouvrage présente dix ans de travaux (couvertures de romans, affiches d’évènementiels et festivals, romans graphiques, fanarts, crayonnés), d’aventures tant professionnelles qu’amicales, expressions d’un imaginaire prenant sa source dans tous les mondes fantastiques possibles. Nul doute, Michel maîtrise son art et le met volontiers au service des auteurs. Un an après la publication, il était temps de faire une petite interview.

Mythologica : Bonjour Michel ^^

Michel Borderie : Bonjour Clémentine et bonjour aux lecteurs de Mythologica.

Mythologica : Nous sommes ravis de présenter ton Artbook aux lecteurs de Mythologica, au titre de fans de ton travail bien sûr mais aussi parce que tu es un de nos anciens chroniqueurs! Alors, commençons par LA question : pourquoi un Artbook ? Pourquoi maintenant ?

Michel Borderie : En 2003, quand j’ai commencé à tâter de la tablette graphique et de Photoshop, je ne me doutais pas que j’allais très vite abandonner la peinture traditionnelle pour me consacrer à la peinture numérique. A la fin de l’année 2012, quand j’ai constaté tout ce que j’avais réalisé sur dix années avec l’outil numérique, j’ai eu une envie irrésistible de faire un artbook pour présenter mes couverture de romans, affiches de festivals et romans graphiques.

Mythologica : Pourquoi le titre «Incantarium» ?

Michel Borderie : Je suis un grand amateur d’artbook. C’est un objet sacré pour moi… On l’ouvre et on découvre des années de travail, c’est un sanctuaire ! Je cherchais un titre court et évocateur et je ne sais pas pour quelle raison le mot incantation me venait régulièrement… Mais ce n’était pas ça et j’ai alors pensé à l’atrium, la pièce centrale d’une maison dans la Rome antique…J’ai alors fusionné le tout. INCANTARIUM, ça sonnait bien !

Mythologica : L’envie de cet ouvrage est-elle venue de toi ou de ton éditeur?

Michel Borderie : De moi. Je l’ai proposé à Cyril Debon aka Vignac, président de l’association Arcantès mais aussi scénariste de deux des mes romans graphiques, pour savoir s’il était d’accord pour le produire. Sa réponse a été positive et je lui en suis très reconnaissant. Christian des éditions Spootnik s’est ensuite occupé du pdf destiné à l’imprimeur Allemand et ce dernier a réalisé un travail somptueux ! Incantarium a même été finaliste des PrintStars 2013 dans la catégorie «Album illustré le plus original». C’est un prix qui est décerné au meilleur imprimeur en Allemagne.

Mythologica : Pourquoi en un nombre limité d’exemplaires ?

Michel Borderie : C’est donc un artbook qui présente 10 ans de travail et il me paraissait logique qu’il ne reste pas disponible à la vente pendant plusieurs années car mon travail continue pendant ce temps là. Seul un tirage limité permet d’écouler rapidement 250 exemplaires même si cela n’est absolument pas rentable financièrement. Un an après sa parution c’est à dire en ce moment, il ne reste plus qu’une trentaine d’exemplaires à vendre. Je voulais donc proposer un beau livre limité en nombre et satisfaire les fans d’illustrations et de littérature de l’imaginaire qui suivent l’actualité de ce média sur internet et qui se déplacent sur les festivals. La quasi totalité des exemplaires vendus possède une dédicace personnalisée et j’en suis très heureux.

artbook_Incantarium_couverture

Mythologica : Combien de temps cela a t-il pris ?

Michel Borderie : J’ai travaillé environ 1 mois avec jubilation pour maquetter correctement l’artbook.

Mythologica : Cet Artbook est-il distribué en librairie ou seulement par tes soins (sur ton site et lors des salons et festivals) ? Si oui, pourquoi ce choix ?

Michel Borderie : Uniquement sur des festivals et sur mon site. L’artbook a couté très cher à imprimer vu le faible nombre d’exemplaires et il fallait 190 exemplaires pour amortir le coût d’imprimerie. Il n’est donc pas possible de passer par un diffuseur et un libraire, sans parler des retours où les albums risquent d’être abîmés. C’était donc une condition sine qua non à la production de l’artbook que de le vendre personnellement.

Artbook_Borderie_Incantarium3

Artbook_Borderie_Incantarium_2-3

Mythologica : L’ouvrage est divisé en type de travaux (couvertures, affiches, crayonnés et encrages, fanart, romans graphiques, peinture traditionnelle). Beaucoup d’illustrateurs optent plutôt pour une présentation chronologique dans leurs Artbooks, pourquoi as-tu préféré cette mise en forme?

Michel Borderie : L’objectif était de présenter clairement les différents travaux que je réalise pour l’édition et donc de les classer par genre, ce que je trouve plus rationnel.

Mythologica : Incantarium est vraiment très complet, c’est un plaisir pour les fans de la première heure comme pour les néophytes. Les introductions rédigées par des amis et collaborateurs (Belial, Vignac, Pen of Chaos, Marie-Charlotte Delmas, Peggy Van Peteghem, Christian Lesourd) sont sympathiques car elles présentent à la fois ton travail et ta personnalité. D’où est venue cette idée de les solliciter pour ces petits textes ?

Michel Borderie : Merci. Pour la préface de l’artbook j’avais, dès sa conception, pensé à John Lang (aka Pen of Chaos) en espérant qu’il accepte. J’avais réalisé la couverture de son roman «Le Bouclier Obscur» à sa demande et il a produit, pour le fun, la sculpture de mon Dragon Master. Et puis je connais peu d’auteurs à succès aussi humbles, accessibles et qui ont un tel plaisir à partager leur passion avec le public.
Je désirais ensuite que chaque chapitre commence par une petite préface mais je n’avais pas envie de l’écrire moi-même d’autant que je propose des commentaires dans les chapitres concernés. Cela m’a paru assez intéressant que des personnes avec qui j’ai collaboré dans tel ou tel domaine écrivent un petit texte d’introduction à chaque chapitre, mais je ne savais pas trop s’ils allaient accepter… C’était tous ou rien. J’avoue avoir été très touché qu’ils acceptent immédiatement ma requête et je les en remercie encore du fond du cœur !

Mythologica : Dès la quatrième de couverture et plus encore dans les mots avec lesquels tu présentes chaque chapitre, tu n’hésites pas à mettre en avant l’outil numérique et la tablette graphique. A quel point ces moyens techniques sont-ils plus avantageux dans ton travail ? Est-ce une simple question de technique ou de temps passé sur une commande?

Michel Borderie : Le numérique est donc la raison pour laquelle j’ai fait Incantarium et je ne sais pas si j’aurais continué mon métier d’illustrateur si je n’étais pas passé au numérique, simplement parce que sans cela, l’idée de réaliser des romans graphiques ne m’aurait pas effleuré… Le numérique m’a permis de réaliser globalement les illustrations, la maquette et le graphisme d’un album avec spontanéité et avec plus de souplesse et de gain de temps qu’en traditionnel. C’est un véritable laboratoire que j’explore sans cesse avec frénésie pour mes albums mais aussi pour mes illustration de couvertures, mes affiches…

Mythologica : Tu dis avoir vite arrêté de vouloir travailler sur des projets BD pour privilégier le roman graphique. En quoi ta courte aventure BD a t-elle été décevante?

Michel Borderie : J’adore lire de la BD, mais je me suis aperçu, en en réalisant une jour après jour, que je n’étais pas fait pour cela… J’ai trouvé cela très répétitif alors que j’ai besoin de m’exprimer à travers une illustration et pas à travers des cases où je me sens enfermé… Certains illustrateurs sont de bons auteurs de BD mais ce n’est pas du tout une évidence car on ne fait pas le même travail. Je suis admiratif du travail des dessinateurs de BD… C’est colossal et courageux de faire une BD mais de mon côté j’ai trouvé dans le roman graphique le média parfait à travers lequel je peux m’exprimer en tant qu’auteur et illustrateur.

Mythologica : Le fanart, est-ce simplement du fun et un hommage pour toi ou plus encore ?

Michel Borderie : Quand je réalise un Batman ou un Hellboy, c’est avant tout du fun de se coller à un personnage que j’adore et indirectement un hommage à son créateur… Mais, c’est l’hommage qui motive mon illustration quand je représente le Death Dealer ou Arzak, Frazetta et Moebius étant les deux artistes ayant le plus comptés pour moi.

Mythologica : Quand tu réalises une œuvre pour une affiche, as-tu des consignes à respecter ? Lesquelles ?

Michel Borderie : Parfois oui et c’est souvent de placer un bâtiment, un élément emblématique de la ville concernée… Ou de travailler sur le thème du festival, mais cela précisé, j’ai ensuite une entière liberté de réalisation.

Mythologica : Pour la réalisation des romans graphiques (La Légende de l’Ulster, Le Grimoire de Korylfand, Vertige des Origines), je remarque que tu as expérimenté plus de choses à chaque fois, passant de grandes illustrations couleurs entrecoupées de crayonnés à une belle touche en négatif à l’aide d’illustrations en noir et blanc de grand format. Influence asiatique ? Ou des maîtres du Comic US ?

Michel Borderie : Légende de l’Ulster était mon premier roman graphique et c’était un travail totalement nouveau que j’explorais sans avoir de référence dans le genre… Il y a beaucoup d’imperfections et notamment trop de texte par moment. Le Grimoire de Korylfand m’a permis ensuite de trouver, je pense, le bon ratio texte/illustration et j’ai ensuite conservé ce format sur Le Vertige des Origines. Côté technique, le crayon convient bien à la Fantasy pour Le Grimoire et le noir et blanc colle bien avec l’ambiance gothico-fantastique du Vertige des Origines où j’ai aussi aussi tendu vers des influences asiatiques entre autres…

Mythologica : Aimerais-tu travailler pour l’animation ?

Michel Borderie : Je suis un fan absolu d’animation mais je ne me vois pas travailler dans ce domaine… Je pense que si c’était le cas, cela risquerait d’éroder mon plaisir de simple spectateur, encore ébloui comme un gamin devant des films de Miyazaki, Kawajiri, Oshii et bien d’autres. Ceci dit, j’aimerai bien réaliser du charachter design pour un film ou une série d’animation de Fantasy du moment que je fais cela chez moi en freelance et pas dans un studio où tout le monde travaille sur le film…

Mythologica : Question de fan : il y a tous les mondes imaginaires dans cet Artbook mais, préfères-tu travailler sur la SF ou la Fantasy ?

Michel Borderie : Plutôt sur la Fantasy car Frazetta m’a donné le virus quand j’ai découvert son travail à la fin des années 70 mais j’aime beaucoup illustrer des couvertures de SF en grand fan de Chris Foss.

Mythologica : Quels sont les projets sur lesquels tu travailles actuellement ?

Michel Borderie : Je finalise le 2ème et dernier tome du Vertige des Origines sur lequel Yoz travaille aussi de son côté. Ce volume présente la rébellion d’Eschiolan et sera plus guerrier et épique que le Tome 1. Voici une double page en exclu pour Mythologica. Sortie prévue pour septembre 2014. J’ai aussi des illustrations de couvertures à réaliser.

Le_Vertige_Des_Origines_T2_P_6et7bis

Mythologica : Merci ^ ^

Michel Borderie : Merci à toi et à Mythologica.

Site :

http://michelborderie-art.blogspot.fr/

Galerie :
http://galerie-art-michel-borderie.blogspot.fr/

About Clémentine Fourau

Prisonnière ravie du monde des rêves et de l’imaginaire depuis l’enfance, j’ai connu mes premiers émois littéraires avec les classiques contes et autres aventures des héros de cape et d’épées avant de glisser dans un univers encore plus riche : Histoire, mythologies, légendes, sorcellerie, Fantasy, fantasmagories… Le charme grandiose des oeuvres de Stephen King, JRR. Tolkien, H.P Lovecraft, Edgar A. Poe et Anne Rice furent autant de rencontres magiques éveillant un appétit d’ogre pour le fantastique sous toutes ses formes. Egalement férue de mangas, de films d’animation et de cinéma, j’ai vogué entre mes passions et des études d’histoire de l’art et archéologie, traînant un sentiment persistant que le Livre était ma véritable voie. Aujourd’hui, j’ai trouvé un équilibre, remplissant sans cesse le peu d’espace dans lequel je vis avec toujours plus de livres et partageant ma passion des mots et de l’image à travers mes chroniques et un travail d’écriture qui, je le souhaite, aboutira à séduire un lectorat plus large encore. Car rien n’est plus savoureux que de créer son propre univers du rêve… ou de cauchemars !

Check Also

Decline and Fall of an Empire – L’Hérésie d’Horus – Warhammer 40.000

Si je me suis amusé à pasticher en sous-titre l’ouvrage fondateur du célèbre historien Edward …