Accueil / Reports / Concerts / Halestorm + Devilskin – La Cigale – 02/10/2018

Halestorm + Devilskin – La Cigale – 02/10/2018

Une fine bruine humidifie les pavés parisiens alors que j’attends d’entrer dans la salle pour assister à une soirée résolument rock avec à l’affiche les américains d’Halestorm, précédés des néo-zélandais de Devilskin. Mais passons maintenant à ce qui nous parle à tous : la musique !

D’entrée de jeu Devilskin propose un gros son rock, porté par une chanteuse charismatique, Jennie Skulander. Un début de concert de feu que le public semble apprécier : le son est bon, les lumières sont belles et le groupe est bien en place. Un quatuor qui parvient à réveiller une Cigale qui peine à se réchauffer et qui se remplit peut à peu. Personnellement j’ai bien aimé tout le début du set mais le groupe jouant une heure complète je dois dire que j’ai trouvé l’enchaînement des morceaux un peu lassant au final, ayant la sensation d’une trop grande répétition des rythmes, comme si le groupe jouait un peu la même chanson en continu. Une chouette découverte mais je pense que sur un set plus court cette première partie s’en serait mieux sortie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Petit changement de plateau et c’est au tour de Halestorm de monter sur scène. Et là, que l’on soit fan ou pas on prend une énorme baffe d’énergie en pleine tête dès les premières secondes. Le groupe emmené par Lzzy Hale sait ce qu’il fait et ne déconne pas avec la scène. L’ouverture sur Black Vultures, issu du dernier album Vicious, semble ravir les fans. La chanteuse débarque sur scène avec sa guitare et des talons stratosphériques, le batteur arrive costumé de manière assez surprenante et sympathique, le bassiste et le guitariste étant quand même plus sobres. Mais l’alchimie fonctionne tellement parfaitement que c’est impressionnant : le groupe communie avec ses fans à chaque seconde du concert. Les morceaux s’enchaînent, issus de tous les albums du groupe devant une Cigale maintenant pleine à craquer. Petit moment perso : lors de I Am The Fire j’ai réellement eu les poils qui se hérissaient et la joie communicative du groupe était impressionnante à voir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La soirée finit trop vite, clairement, devant la qualité de la prestation de la tête d’affiche qui nous a proposé un show de feu. Je repars avec des images plein la tête et l’appareil, rêvant de la prochaine visite du groupe dans la capitale pour remettre le couvert avec leur hard rock pêchu et prenant…

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Empyrium – Helrunar – Sun of the sleepless – Nouveau Casino – Paris – 4/10/2018

Les concerts se suivent mais ne ressemblent pas (ou presque…) Le 4 Octobre dernier était …

The Story So Far + Citizen + All Get Out – Petit Bain – Paris – 3/10/2018

Le 3 Octobre dernier, alors que beaucoup de parisiens profitent des derniers rayons de soleil, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *