Home / Cinéma / Geostorm – Dean Devlin

Geostorm – Dean Devlin

Ah le changement climatique, un sujet tellement d’actualité et tellement original qu’il fallait bien en faire un film (de plus). Dean Devlin, dont le lien avec Roland Emerich est facilement visible sur Wikipédia, nous fait l’honneur d’un chef d’œuvre d’une merveille de platitude scénaristique. Pourtant je suis certain que dans les entrailles de cette chose, on doit pouvoir extraire quelque chose d’à peu près potable.

Grâce à une coopération sans précédent entre États, un réseau de satellites contrôle désormais le climat et protège les populations. Jusqu’à ce que le dispositif se dérègle… S’agit-il d’un complot ou d’une faille dans le système ? S’engage alors une véritable course contre la montre…

Déjà, avec un synopsis pareil, on ne peut que s’attendre, avec une délectation toute particulière, à pas mal de destructions en tout genre. Il faut avouer que Michael Bay se fait vieux, la perspective de ne plus avoir ma dose de films explosifs (dans tous les sens du terme) me glace d’effroi. Heureusement, ici on a notre compte.

Mais rien qu’avec ce résumé, on peut y voir quelque chose d’assez étrange. Il est question de coopération internationale. Vu le trublion actuel à la Maison Blanche, ça risque d’être quelque peu compliqué. Ou alors c’est lui qui décidera directement des catastrophes à éviter. Ensuite il faut ajouter qu’il est ici uniquement question des événements climatiques (tempêtes, sécheresses, etc…) et non des éventuelles causes (vous savez, l’augmentation du CO2 et compagnie). Grosso modo, dans le monde de Geostorm, les usines et les États doivent toujours polluer à tout va.

Joli remake de Point Break

Grâce à cette splendide affiche faisant preuve d’originalité son office, nous devrions voir dans le film :

Une vague géante qui détruira tout, façon Le Jour d’Après ou 2012 ;

Un avion qui va s’écraser de façon spectaculaire ;

Un personnage qui fera face aux catastrophes en question, en clair un héros qui ira jusqu’à se sacrifier pour sauver le monde. Sachant qu’il a dans ses bras une gamine, on peut être sûr que c’est un bon père de famille. De plus, vu qu’on ne voit personne s’enfuir ou à ses côtés, il devrait logiquement être seul dans cette mission.

Enfin la petite phrase qui fait tout : « On ne peut pas tout contrôler ». Hé oui, Mère Nature est plus forte que nous. Mais passons, plongeons dans les abysses du cinéma catastrophe.

Le film se veut clairement moraliste et la voix off du début, celle d’une petite fille, est là pour appuyer l’impact que nous avons sur la planète, mais aussi pour rappeler que nous sommes de gros crétins arrogants : « Tout le monde était prévenu, mais personne n’a écouté ». Pas sûr que le locataire de Pennsylvania Avenue comprenne qu’il est visé.

On passera les images choc de catastrophes, très jolies et en même temps très cliché, et aussi cette petite vue d’une crue de la Seine (avec la Tour Eiffel en arrière-plan). Ah les Américains et Paris, une véritable histoire d’amour.

Ainsi donc pour dominer le climat, un réseau de milliers de satellites est mis en place, chacun utilisant des contre-mesures pour agir sur les évènements climatiques de base : chaleur, pression et eau (c’est ce qui est dit mot pour mot dans le film). Bon après on ne nous dit pas comment il agit réellement, mais au fond qui s’en soucie ? Tout ceci est supervisé par une ISS qui n’a plus rien à voir du tout avec l’actuelle. On visitera donc une énorme salle de détente avec des jeux vidéo, des jeux de fléchettes, de gigantesques hangars, etc… On verra également un énorme vestiaire et aussi un coin douche qui ressemble plus à celui d’une piscine municipale qu’à celui d’une station spatiale. Bien entendu, le traditionnel système ingénieux de roue permettant de supprimer l’apesanteur est de la partie, on se demande encore pourquoi l’ESA ou la NASA n’ont pas encore développé une pareille chose.

Gerard Butler apparaît très vite dans le film et doit, dès le début, attirer la sympathie du spectateur. Or, avec son duel contre un vilain sénateur, le gagnant est forcément ce brave Gérard. Alors que le héros, ou futur héros à ce stade de l’histoire, apparaît comme un mec cool, plein d’humour, talentueux (le réseau de satellites, c’est lui) et intelligent, le sénateur se montre comme la caricature du politicien droit dans son costume, sûr de son pouvoir d’homme élu et qui pense pouvoir tout contrôler. Diantre, on sent d’ores et déjà monter l’intrigue politique où les États-Unis veulent dominer le monde. Bon le point noir pour Gérard c’est qu’il est aussi très chiant. Il aime que tout soit bien ordonné, vérifié et surtout bien réparé, il enquiquinera donc le commandant de la station spatiale à peine arrivé. En bref, Gérard Butler est un mélange entre M. Propre et Bob le bricoleur. Sa fille est par ailleurs à son image puisqu’elle fabrique tranquillement un générateur solaire avec traqueur à 2 axes pour remplacer le convertisseur. Un truc que n’importe quel bricoleur du dimanche est capable d’effectuer après avoir acheté tout l’équipement nécessaire chez le Bricoflex du coin. Je tiens à vous le précise, je déteste les marmots comme ça. Ils ne devraient jamais, ô grand jamais, sortir du congélateur !

Signalons tout de même que le frérot de Gérard est un peu boulet. Gentil, mais boulet. Bon, et aussi utile un minimum pour le scénario quand même.

Vous l’aurez compris, ce film est totalement conçu autour de clichés vu et revu dans tous les films. On nous montre des protagonistes-figurants uniquement présents de par leur nationalité, pour bien appuyer sur le côté coopération internationale derrière tout ça. Pour faire vibrer la fibre écolo en chacun de nous, les gentils roulent en voiture électrique alors que les méchants sont en diesel bien polluant. Il va de soi que ces derniers perdront lamentablement soit en mourant bêtement, soit en se faisant arrêter. La vie scénaristique est quand même bien faite.

D’ailleurs concernant les véhicules électriques, il faut vraiment rappeler la magnifique course de l’ingénieur chinois dans sa Smart électrique pour sortir d’un Hong-Kong en train d’être anéanti. Explosions, des flammes, du stress et des cris. Le truc habituel en somme.

Alors là on fait semblant de voir quelque chose d’hyper important alors qu’en fait non

Le réalisateur est quand même un petit farceur puisqu’il nous tend de jolis petits pièges grossiers. L’astronaute français va paraître très louche à plusieurs moments, on va donc être en droit de le suspecter très fortement. En plus c’est un français dans un film américain, c’est encore plus louche. On pouvait craindre au sempiternel french bashing mais heureusement pour nous, il est juste là pour faire son travail d’astronaute. Vu sa sympathie, il doit être parisien.

À un autre moment, le spectateur sera certain que le président des États-Unis est également un petit méchant avec un égo surdimensionné et qui veut uniquement protéger Mc Donald et KFC (la ressemblance avec un président ayant existé, existant ou qui existera est fortuite). En fait non, il est juste quasiment inutile.

Au final le véritable ennemi du film, celui qui voulait tout détruire, c’était le chef du Secret Service. Pour lui, l’actuel président est juste trop mou, il fallait donc prendre des mesures radicales (on ne fait pas d’omelettes sans casser d’œufs). Pour rajouter au côté un peu psychopathe de l’individu, il a quand même le temps dire que ce qu’il souhaitait faire n’était pas un génocide, mais uniquement une frappe préventive. Avec un truc comme ça, la coopération internationale risque légèrement d’avoir du plomb dans l’aile.

Revenons une ultime fois sur la nouvelle ISS. Celle-ci est censée accueillir 5000 personnes. Dean Devlin prend la décision de résumer l’équipage à 5 glands (les autres seront ravis), au moins ça permet des économies sur le budget café. L’ensemble de l’équipage de l’ISS ne sera vraiment utile que pour les hurlements de terreur lorsque l’autodestruction sera initiée.

D’ailleurs, parlons-en de cette autodestruction à la noix. Sa soi-disant utilité est d’empêcher que la station s’écrase sur Terre, je l’accorde c’est une raison fort louable. Mais quel est le crétin d’ingénieur qui a fait qu’une fois que l’autodestruction est enclenchée, c’est irréversible ?? Surtout vu la taille et le coût d’une telle installation. Encore un qui doit pointer au chômage après la fin du film…En même temps sans ça, nous n’aurions ni ces magnifiques explosions ni ce déluge de pièces mécaniques qui iront endommager les satellites des environs et nous n’aurions encore moins la possibilité de voir l’ultime péripétie de Gérard Butler et du commandant de la station, avec qui il est désormais très ami. Bien à l’abri dans un satellite, il peut souffler un peu. La mission est terminée, le film peut se clore sur un moment de répit. Happy End.

Ce n’est pas toutefois pas très américain vu qu’il ne respecte pas la règle « le héros meurt dans un dernier cri, fier et soulagé d’avoir pu sauver la planète ».

Le film n’est pas totalement négatif, car il nous laisse de jolies images de destructions en tout genre. Cela serait extrêmement réducteur de cantonner ce long-métrage à quelque chose d’uniquement visuel, mais pourtant pas si éloigné de la réalité.

La musique en elle-même nous semble très familière. En même temps, dans les films catastrophes, elles se ressemblent toutes. On dira que nous avons là la resucée de ce qu’on avait dans 2012 : bruyante et montant en rythme avec les catastrophes.

Les personnages que nous rencontrons ne nous laissent pas de souvenirs impérissables. Mentionnons tout de même la ressemblance frappante, tant au niveau du visage qu’au niveau de ses compétences, entre un des membres du Secret Service et Mr Bean. Pour un peu nous aurions eu là le successeur de Rowan Atkinson, dommage que sa durée de vie ait été aussi courte.

Ainsi même si Gerard Butler a sauvé la Terre, vu la quantité de débris qu’il y a maintenant dans l’espace, cela va clairement être plus difficile de reconstruire une station…

À moins que ça ne soit le pitch de la suite. Geostorm 2 : Leonidas nettoie l’espace.

Je terminerais sur une magnifique phrase déclamée avec beaucoup d’émotion par la fille de Gerard Butler : « je veux simplement que tu reviennes en vie ». Quand on sait que le mec en question a déjà perdu la vie en défendant les Thermopyles contre les Perses, on pouvait avoir effectivement peur…

Geostorm

de Dean Devlin

scénario de Dean Devlin et Paul Guyot

avec Gerard Butler, Jim Sturgess, Abbie Cornish, Ed Harris

Jerry Bruckheimer Films / Warner Bros

Eldricht Tales

A propos de Ludia

Nom : Ludia / Âge : 31 ans / Race : Mite en pull-over / Sexe : Masculin / Alignement : Chaotique Neutre / Loisirs : Ecriture, jeux vidéos, jeux de société et, occasionnellement, piller des villages humains.

Lisez aussi

Deadpool 2 – David Leitch

Deadpool, le retour de la force. Cette fois, il essaye de venger la mort de …

Altered Carbon – Laeta Kalogridis

Takeshi Kovacs, un ancien soldat d’élite appelé « Diplo », se réveille un matin dans une prison, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *