Accueil / Reports / Concerts / Fu Manchu + Red Diesel – Trabendo – 02/03/2018
Bannière Institut de la Musique

Fu Manchu + Red Diesel – Trabendo – 02/03/2018

J’arrive à 19h45, alors que la salle du Trabendo est déjà presque pleine, les fans ayant fait le déplacement en masse.

Red Diesel entre rapidement en scène, première partie des très attendus Fu Manchu. Si ce groupe de la banlieue parisienne est puissant et psychédélique, comme la variété de cannabis dont il a emprunté le nom, les perspectives sont plutôt intéressantes.

Red Diesel, dont on devine rapidement les influences tirées des années soixante-dix, et surtout quatre-vingt pour le look, est composé de  deux guitaristes, d’un bassiste, d’un batteur et d‘un chanteur. Antoine, le chanteur,  assure le show, secondé par Victor, le lead guitar aux allures de Slash, et ils fonctionnent plutôt bien ensemble.

Cependant, les compositions ainsi que les pauses extatiques du chanteur laissent parfois perplexes, même si l’on ne peut ignorer l’énergie avec laquelle le groupe enchaine les titres pendant trente minutes.

A slider with the ID of 62 doesn't exist.

A 20 h 45 arrivent les membres de Fu Manchu sur la scène surchauffée du Trabendo. Le concert commence par Clone the universe, titre qui porte le nom du douzième et dernier album studio. La salle paraît déjà acquise.

Fu Manchu joueront trois autres titres du dernier album, dont les critiques sont d’ailleurs plutôt bonnes. Du rock gras et lourd, aux riffs puissants, conduit par Scott Hill, chanteur et le seul membre fondateur du groupe.

Le son est plutôt bon et les solos de Bob Balch sont ciselés à souhaits. Les types ont l’air contents de jouer ; la salle est pleine. Se succèdent les classiques Eatin’ Dust et California Crossing, King of the road ou Mongoose jusqu’à Il Mostro Atomico, dernier morceau de l’album et du set, qui dure près de 20 mn.

Ce morceau, un peu lunaire, parfois psyché, clôt parfaitement le show et permet surtout aux membres du groupe de dévoiler tout ce dont ils sont capables. Un unique rappel de deux titres, Boogie Van et Saturn III et c’est malheureusement déjà fini…

A slider with the ID of 61 doesn't exist.
Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Anaal Nathrakh + Point Mort – Backstage By The Mill – Paris – 6-11-2018

Point Mort nous explique qu’il y a une mince frontière entre la vie et la …

Name This Fucking Second Record Yourself – Dirty Rodeo

Le duo de rockeurs déjantés de Dirty Rodeo est de retour sur le devant de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *