Home / Interviews / Entretien avec Sam, Yannick et Damien de Point Mort

Entretien avec Sam, Yannick et Damien de Point Mort

eMaginarock : Nous allons commencer par le plus simple, présentez vous.

Point Mort : Sam au chant, Damien à la basse, Yannick à la guitare, il va manquer Olivier à la 2ème gratte et Joseph à la batterie.

eMaginarock : Comment s’est passé votre rencontre ?

Yannick : Il y a un avant et un après, on a commencé Yannick et Olivier il y a 4 ans de ça. Nos groupes respectifs étaient en stand by puis on a décider de faire quelque chose ensemble sans style ni but précis, juste poser quelques enregistrements pour voir ou cela nous mène. Puis Damien nous a rejoint, et on cherchait un chanteur ou une chanteuse mais  je cherchais plus précisément une chanteuse. Ce qui m’interessait était un contraste avec une personne qui faisait peur avec une petite voix et qui pouvait envoyer du lourd. Et donc on a rencontrer Sam dans ce bar il y a 3 ans de ça.

Sam : J’étais dans des groupes plus rock traditionnel mais je voulais explorer un chant hurlé et j’avais bcp de difficulté à trouver. Je répondais aux annonces, ça se passait bien mais on ne me prenait pas parce que les groupes recherchaient plutôt des chants d’hommes, et donc j’ai pris les devants en postant une annonce moi-même en disant ce que je cherchais. Yannick a donc répondu et donc on s’est rencontrés.

eMaginarock : J’ai lu sur votre page Facebook, il n’y a pas de présentation du groupe mais KODSJ, j’imagine que ce sont vos initiales, pourquoi ?

Sam : Au départ nous n’avions pas envie de nous mettre en avant ou de faire comme tout le monde avec la bio des musiciens, mais c’est une façon simple de nommer les gens et d’être une entité. Ca correspond assez bien à ce qu’on fait musicalement, notre entité c’est Point Mort, un tout, et pas chacun d’entre nous.

Yannick : même si ça a commencé avec 2 personnes, on allait vraiment nulle part mais a 5 on a commencé a créer quelque chose, ce qui nous va totalement. Mais on ira pas jusqu’à se masquer à la Ghost non plus.

eMaginarock : Effectivement en parcourant votre page, vous êtes des discrets, on ne voit pas beaucoup de photos. Et quand on en voit, on a l’impression que ce sont des photos choisies, très sombre.

Damien : Oui on ne se met pas forcément en avant les uns par rapport aux autres, c’est naturel.

Sam : on a la chance d’avoir, dans notre entourage quelqu’un qui fait des photos à qui on a laissé carte blanche pour gérer notre image. c’est donc  Jessica qui était à l’oeuvre. Elle travaille bien sur les ombres, la lumière avec des approches très différentes.

Yannick : C’est recherché depuis le départ : on voulait pas trop montrer nos tronches. Le plus important est ce qu’on délivre musicalement.

eMaginarock : C’est à contre courant car à l’heure où l’image est omniprésente, vous avez choisi de moins vous montrer.

Yannick : On ne veut pas faire les poseurs, il ne fallait pas que cela devienne un argument où on met la fille en avant et la musique de côté.

eMaginarock : Sur la pochette, le triangle est omniprésent, quelle en est la signification ?

Sam : En fait le triangle n’a pas forcément de symbolique. Il y a pleins d éléments sur la pochette qui correspondent en fait aux paroles. Il y eu une période ou j’étais intéressée aux tatouages et du coup cette pochette a été crée comme un tatouage, et donc c’est plus un assemblage de graphismes qui allaient bien ensemble et correspondaient avec ce que j’avais envie de faire. cette pochette a été faite de façon hyper-spontanée.

eMaginarock :  Le titre de l’EP, Look at the sky, est peut être le seul élément de texte positif par rapport à son contenu. Est-ce volontaire ?

Sam : En quelque sorte, mais dans chaque morceau il y a un côté sombre et une ouverture. Il y a eu plein de propositions et ce qu’on a retenu de manière collégiale est Look at the sky. Ca nous représente bien : c’est pas parce qu’on fait une musique un peu sombre qu’on est des gens sombres.

eMaginarock : Comment définissez vous votre style musical, quand je vous écoute il y a un peu de tout, doom, punk, screamo,… ?

Yannick : On impose pas de style et on a du mal à se décrire, mais c’est un mélange de tout ça. Chacun mets son petit truc dans la recette. On vient d’univers différents et donc on le propose naturellement.

eMaginarock : Le son de l’ep est très sombre, caverneux, marin. Est-ce le son que vous recherchiez ?

Yannick : Faut savoir qu’on a enregistré l’EP à la dernière minute, on n’a pas eu le temps de chercher un son particulier, ça a été fait par Sylvain Biguet habitué au noise, hard core. On a vraiment aimé bosser avec lui et encore une fois on a appris qu’on enregistrait 2 semaines avant et donc on a tout enregistré en live. Il a écouté, on a testé du matériel et c’est qui en est sorti. Ca s’est fait en 3 prises de chaque morceaux sur un week end. Le son est brut, authentique, on a voulu gardé le côté live et l’alchimie Point Mort.

eMaginarock : C’est un exercice périlleux quand même…

Damien : Oui, comme on était pas forcément préparé à ça on s’est mis une petite pression, mais on est capable de le faire. D’autant plus que le premier jour de l’enregistrement, on était en live le soir même.

eMaginarock : Pour le prochain EP, vous partiriez dans la même direction ?

Yannick : Ca pour le coup, ce sera pareil.

Sam : Je pense que ça correspond bien à notre groupe, c’est ce qu’on délivre. On capte bien l’énergie, il n’y a pas de superflu. Ca colle toujours à l’idée de l’unité on est tous dans le même bateau.

eMaginarock : A un moment donné, sur le morceau Make the loop, la basse joue seule, cela m’a fait penser à un Pink Floyd.

Damien : Non non, c’était pas réfléchi, c’est juste que je le sentais bien comme ca, donc….

eMaginarock : Le morceau Earth Descent, pour moi représente un peu l’esprit général du groupe, de l’EP : c’est speed, calme, apocalyptique.

Sam : C’est un condensé des phases par lesquelles on passe, c’est un morceau un peu plus compressé par rapport aux autres, mais oui c’est tout à fait vrai.

eMaginarock : Si il y a un morceau à faire écouter à quelqu’un qui ne vous connait pas, ce serait lequel ?

Sam : En général ce qu’on fait écouter, c’est Orphélia pour l’accrocher plus rapidement car c’est le clip qu’on a fait à partir de ce morceau.

Yannick : C’est le morceau que je donnerai aussi, c’est la première idée, les premiers riffs bruts un peu progressif.

eMaginarock : Concernant les textes, y a t-il une ligne directrice ?

Sam : Sur l’EP, au début il n’y en avait pas, puis au bout d’un moment j’ai trouvé une cohérence mais sans le vouloir.

Au final le thème récurrent, est l’humain et à quel point on peut être merdeux et comment on essaye de se rattraper. Donc toujours de trouver le positif dans le négatif. J’aborde aussi les sujets sociétaux, environnementaux, la Terre, nous, les sentiments. En gros dire aux gens que ça peut être la merde mais qu’au bout du compte, parfois il faut lever la tête car il y a des choses de bonnes. J’écris à la sonorité, ce qui est important, c’est comment ça va sonner.

eMaginarock : Alors tu parlais de la difficulté de trouver un groupe en tant que nana au chant, comment penses-tu que cela sera reçu par le public, sachant que tu ne te mets en avant ?

Sam : bien je dirai, surtout pour les gens curieux. Mais ce n’est pas important car on n’a pas cette démarche de mettre le chant en avant.

Yannick : Sam ne se met pas en avant, elle se met plutôt sur le côté en fait on essaie de se mettre en cercle.

Sam : c’est à dire qu’on se met, soit en cercle, soit au moins en ligne sur un pied d’égalité. Mais ce n’est pas moi en plein milieu avec mon pied de micro. En tout cas je ne veux pas qu’on garde ça en tête, que je sois une fille, l’important c’est la musique. Je préfère créer la surprise sur la scène, que les gens ne vont pas s’attendre à ça sur scène. Ca m’est arrivé qu’un spectateur soit vraiment curieux et vienne discuter avec nous et c’est ça qui est intéressant.

eMaginarock : Concernant votre actualité live, je pense participer à votre show au Petit Bain le 3 novembre, faudra pas vous cacher !

Sam : Ah bah tu vas en chier comme tous les photographes. (rire)

Yannick : On a le 3 novembre au petit bain, le 16 à Tarbes, le 17 à Bordeaux, le 18 à Angers et le 19 à Montreuil (toutes les infos sont sur la page Facebook).

eMaginarock : Qui vous fait tourner ?

Sam : Pour le moment personne, on a la chance d’avoir un petit label qui nous aide beaucoup qui est Almost Famous.

Yannick : Guillaume, si tu nous entend merci ! C’est notre pote à Almost Famous qui est au petit soin avec nous, notre manager, notre nounou. On lui doit beaucoup, il nous aide énormément, tu le verras au Petit Bain.

eMaginarock : Merci à vous trois pour vos réponses et donc à bientôt sur votre tournée !

About mhpix

Check Also

Entretien avec Constance Amelane, chanteuse de Attraction Theory

Après avoir découvert ce nouveau combo fort sympathique il m’a été proposé de m’entretenir avec …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *