Accueil / Interviews / Entretien avec Mag, Ced et Fab de Supertanker

Entretien avec Mag, Ced et Fab de Supertanker

Supertanker, avec de droite à gauche : Fab, Ced et Mag
Supertanker, avec de droite à gauche : Fab, Ced et Mag

eMaginarock : Bonjour, et merci de prendre quelques minutes pour répondre à mes questions. Pourriez-vous tout d’abord vous présenter et nus expliquer ce qu’est Supertanker ?

Mag : Je suis Mag, la bassiste, dernière arrivée du groupe.

Ced : Moi c’est Ced, chanteur

Fab : Et moi Fab, guitariste. Le groupe a dix ans et on a monté ça avec Ced, on est les deux survivants du line-up original et on joue un mélange de power-metal, power-US et stoner. Très influencé par le metal des années 90 et on fait notre son comme on aime et le plus authentiquement possible.

M. : Qui fait quoi dans le groupe au moment de la composition ?

F. : Au niveau de la composition musique c’est essentiellement Ced et moi, et lui seul sur les textes. On a quand même des compos faites par d’anciens membres mais la base principale est nous deux.

C. : Ca c’est fait comme ça en fait.

M. : Moi je m’occupe surtout de la comm du groupe, car a-delà de la composition c’est un élément essentiel pour faire connaître notre musique.

M. : Pour être franc je ne connaissais pas le groupe avant le Hellfest. Vous avez fait combien d’albums ?

C. : On a changé pas mal de line-up et on a finalement eu le temps de ne faire qu’une édmo et un album sur les dix ans. Là on travaille sur un nouveau, on est en pleine composition.

M. : Cette composition du deuxième

F. : On travaille pas échanges de riffs et donc là on est dans les iédes de riffs, dans le squelette du truc et sortir le prochain en juin prochain.

Supertanker

M. : Des concerts et festivals à venir du coup ?

M. : Il faut qu’on restabilise le line-up car par exemple je viens d’arriver et on va s’efforcer de pas s’encroûter.

F. : On joue en Bretagne début octobre et un autre à Nantes en février.

M. : Et justement est-ce que ce n’est pas compliqué de trouver le public face à autant de groupes qui se montent ?

C. : Sortir du lot et compliqué avec la surconsommation et le principe du groupe « jetable ». Nous tout ce qu’on veut c’est pouvoir jouer, simplement.

M. : L’avantage que l’on a c’est que l’on ne joue pas de l’extrême-black-death donc notre musique est un peu plus grand public au départ, on n’est pas dans une niche. LEs influences que l’on a aident à toucher des gens également et rappellent des souvenirs à une génération.

M. : Quelle est la sensation après avoir joué au Hellfest ?

C. : Tu flippes mais le public est super receptif, c’est une sensation énorme. Avec une appréhension car on ne joue pas tous les jours sur une scène aussi importante.

M. : Est-ce qu’un clip est prévu par rapport à l’album ?

M. : Non même si on prévois éventuellement un clip live puisque nous avons été filmés au Hellfest.

F. : On le fera sur l’album suivant car notamment on aime ça. On était un peu perdus au niveau de la comm mais Mag aide bien et on y pensera une fois la compo terminée.

M. : Du coup c’est toi qui écris Céd, où trouves-tu ton inspiration ?

C. : Dans la vie finalement. Il y a de tout : la mort, la dépression, des choses joyeuses.

M. : La comm sur les réseaux que tu gères Mag, a-t-elle déjà donné des fruits ?

M. : Alors déjà rien que l’annonce du Hellfest a permis de toucher un autre public, de développer notre fanbase. Ce qui m’a touchée c’est que pendant le concert, lorsque Ced annonce le dernier morceau des gens dans le public se sont écrié le nom d’un morceau et du coup savoir qu’ils connaissent est assez touchant. Il faut continuer comme ça pour avancer car justement quand tu es en compo tu perds ton public si tu ne communiques pas.

C. : Même si l’album est sorti il y a quelques années on a encore du public qui découvre et ça mets du diesel dans le moteur. L’arrivée de Mag nous a vraiment aidé pour cela car nous on ne sait pas faire.

M. : Moi en tant que bassiste je suis un peu une mercenaire du métal et donc j’apporte ce que j’ai aperçu dans d’autres groupes dans lesquels j’ai joué.

M. : Merci d’avoir répondu à ces quelques questions et bon courage pour la composition du prochain album !

Entretien réalisé par Thomas Riquet et Jonathan Le Bris au Hellfest

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Interview – Mohand

Raven : Bonjour Mohand, est-ce que tu peux te présenter en quelques mots ? Mohand : Bonjour, Moi …

Le Métal et l’Engagement : Hardcore Cares Part I

L’automne est terminé, les premières nuits froides pointent leur nez et les associations sont toujours …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *