Accueil / Interviews / Entretien avec Jonas, The King, du groupe Avatar
Bannière Institut de la Musique

Entretien avec Jonas, The King, du groupe Avatar

Le prochain album d’Avatar, groupe de metal suédois, sort dans les prochaines semaines et à l’occasion de la visite de certains membres du groupe nous avons eu l’opportunité de nous entretenir avec Jonas, aka The King. Une interview au calme, avec un artiste passionné et talentueux autour du dernier album d’un groupe totalement barré !

Bonjour, et merci de prendre quelques minutes pour répondre à nos questions. Pourrais-tu tout d’abord te présenter et nous expliquer ce que tu fais au sein de Avatar ?

Bonjour. Je m’appelle Jonas, plus connu comme The King, et je suis le guitariste du groupe. Je compose également pour Avatar.

Comment a débuté Avatar ?

C’était il y a longtemps. J’ai tout d’abord rencontré notre batteur quand j’avais quatorze ans, John, nous jouions au tennis ensemble. A l’époque je jouais du clavier dans un groupe et John jouait de la batterie dans un autre. Une fois en discutant nous nous sommes rendus compte que nous jouions le même soir au même endroit. Nous nous sommes vus jouer et plus tard nous avons décidé de fonder un groupe pour faire du metal. On a pas réfléchi plus de deux secondes avant de nous lancer. Avatar tel qu’on le connait aujourd’hui, lorsque nous avons voulu devenir un groupe sérieux, a vraiment débuté quand j’avais seize ans.

Pourquoi ces trois couleurs (noir, rouge et jaune) sur vos costumes ?

Le noir fonctionne toujours dans le metal et le rouge et le jaune viennent directement du cirque, du freak show et les trois fonctionnent bien ensemble.

Qui dans le groupe a défini ce look de clown à la fois dans les clips et sur scène ?

Le maquillage de clown est arrivé la première fois par chance. Lorsque nous faisions la vidéo pour Black Waltz, nous avons rencontré Brice qui a proposé l’univers freak show et il nous a fait ce maquillage. On a tellement aimé qu’on a gardé ça et que ça va continuer !

Comment le public réagit-il quand il vous voit pour la première fois ?

Sur les deux premières chansons c’est un gros What The Fuck !?!? Et ensuite généralement ils aiment beaucoup.

Et justement : comment définis-tu la musique d’Avatar ?

Je ne peux pas vraiment la définir car elle mélange énormément de style avec une grosse base de heavy metal. On y retrouve du death, du mélodique, un peu de progressif, bref énormément de genres. Le but quand tu as un groupe c’est de produire ta propre musique, sans forcément prendre d’inspirations ailleurs. Si tu prends un groupe référence, tu ne vas faire que les copier au final. Tout ce que l’on cherche nous c’est de proposer une musique fun à notre public.

Et finalement Avatar est-il un groupe sérieux ?

Maintenant nous le sommes. En fait nous ne le sommes que quand il est question de notre musique

Sur l’album qui va sortir, Avatar Country, qui a écrit la musique et qui s’est occupé des paroles ?

Tout d’abord chacun enregistre ses idées avant que l’on s’asseye ensemble et qu’on étudie ce que chacun propose et qu’on trouve une structure globale à l’ensemble. A partir de là Johannes commence à poser ses lignes de chant et à écrire les paroles pendant que l’on aplani encore la musique et qu’on fait en sorte que l’alchimie prenne ! C’est notre fonctionnement habituel. Quand on en arrive à la musique on est particulièrement sérieux et Johannes est le mastermind.

Quelle est ta chanson favorite de l’album et pourquoi ?

C’est une question vicieuse… Je dirais Legend of the King tout simplement parce que la chanson est longue et que j’ai tous mes solos dedans et que quand on est guitariste on aime faire des solos ! Et du coup elle est plus fun que les autres.

Avez-vous préparé des choses surprenantes pour la tournée à venir ?

Nous arrivons avec une toute nouvelle production et des éléments de scène, notamment un trône qui sera posé ainsi que quelques autres mais pour le savoir il faudra venir nous voir !

Votre tournée commence quand ? Vous êtes prêts ?

On commence à Colombus, Ohio, le 6 janvier et ensuite tout s’enchaîne. Et nous serons bientôt prêts. (rires) Paris est aussi sur notre liste, le 14 mars au Trianon d’ailleurs.

En tous cas on est vraiment impatients, car nous avons sorti Feathers and Flesh et avons enchaîné les tournées et donc défendre un nouvel album est vraiment prenant.

Quelques festivals de prévus ?

On en a plein mais je ne peux pas encore dire lesquels.

Si vous deviez jouer sur un festival cette année, ce serait lequel ?

Une de nos plus belles expériences fut le Hellfest cet été, avec une foule considérable venue nous écouter. Donc oui je répondrais le Hellfest.

Quel est ton pire souvenir sur scène ?

C’était en République Tchèque, il y a quelques années, sur un festival. Après deux ou trois morceaux mon système sans-fil a juste planté et je n’arrivais plus à obtenir de son sur ma guitare. Même en version branchée pas moyen de refaire fonctionner tout cela. J’avais envie d’éclater ma guitare sur la scène et de m’en aller mais le son est sorti de nouveau et le concert a fini par suivre son court.

Ce n’est pas trop dur de garder son sérieux avec Johannes qui fait le pitre constamment sur scène ?

C’est parfois très compliqué et du coup je me concentre sur ma guitare, mais régulièrement je rigole car il est complètement fou sur scène !

Est-ce difficile pour vous de mêler vie de musicien et vie privée ?

En fait pour moi c’est très simple : je n’ai pas de vie perso… Je rentre de temps en temps voir la famille et les amis mais je me consacre à 100% au groupe.

Quel membre du groupe est le plus dingue pendant les tournées ?

Je dirais Tim tout simplement parce qu’il est le plus jeune, il est né en 1990 ! (rires)

Du point de vue des clips, vous en êtes où ?

Une première vidéo est déjà sortie (voir ci-dessus) et dans une semaine une seconde va arriver. Ensuite entre chaque pause de la tournée nous en tournerons une qui sera ensuite diffusée aussi rapidement que possible. Six sont prévues au total.

Merci beaucoup pour tes réponses et je te souhaite beaucoup de succès pour la tournée à venir et l’album !

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Monolyth + TemptFate + Tankrust – Le Klub, Paris – 08/12/2018

Alors que Paris s’embrase au fil des manifestations des  Gilets Jaunes, je rejoins le Klub …

Symphonic Terror – Live At Wacken 2017 – Accept

La période de Noël est celle à laquelle tous les lives sortent et après vous …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *