Home / Interviews / Entretien avec Gerhard, batteur de Eihnerjer – Cernunnos Fest X

Entretien avec Gerhard, batteur de Eihnerjer – Cernunnos Fest X

Le Cernunnos est un festival assez unique en son genre dans le paysage français et Eihnerjer est un de ces groupes qui font leur chemin de manière unique également.
Une belle rencontre avec le batteur, Gerhard Storesund, qui malgré un timing serré, a tout de même pris le temps de répondre à nos questions.
Petit point pour les curieux : les Einherjer sont les guerriers tombés au combat et emportés au Valhalla.

Bonjour! Je suis Jehleen d’eMagnarock, c’est un plaisir de vous savoir de retour en France!

Gerhard : Oui cela faisait longtemps.

La dernière fois que vous êtes venus c’était il y a 2 ans, n’est ce pas?

Ah oui oui c’est vrai!

C’est votre premier passage au Cernunnos, comment vous trouvez l’ambiance et les lieux ?

Et bien, nous n’avons pas encore pu vraiment profiter, nous avons eu le temps de mettre le matériel en backstage et de prendre un verre. Nous sommes arrivés il y a une heure environ, et on a fait un petit tour, c’est un peu labyrinthique mais c’est un chouette endroit. Nous sommes allés un peu prendre la température en salle aussi, c’est vraiment sympa. Je suis assez impatient du coup.

Est ce que vous pouvez vous présenter, vous et votre groupe ?

Nous sommes ce qu’on peut appeler un groupe de metal norrois [influence viking et mythologies tradition orale] nous avons commencé en 1993. Nous avons sortis 7 albums je crois. Nous allons bientôt rentrer en studio pour enregistrer un nouvel album. On a terminé les morceaux. Alors, après ce festival, on sera prêt et on commencera à enregistrer la batterie. Nous sommes quatre dans le groupe: Frode le bassiste et chanteur, et moi, sommes les plus anciens, nous sommes dans le groupe depuis le début. Aksel, le guitariste, est arrivé en 1999, c’est quand même un long moment. Nous avons un nouveau gars à la guitare, Ole, c’est un prodige : il a le même âge que le groupe à peu près. Ça se passe très bien avec lui, On avait besoin de sang frais, d’engagement.

De la chair fraiche?

Oui! De la chaire fraiche! Maintenant on se fait vieux alors. Oui c’est complètement ça.

Vous avez déjà tous les morceaux pour le nouvel album!

On travaille vite. On travaille mieux sous pression! Surtout quand on a une échéance !

Vous avez une échéance pour ce nouvel album?

Oui, je ne me rappelle pas de la date exacte, mais c’est en automne. Je ne peux pas me rappeler de la date, vous savez je suis juste le batteur… Mais le label a besoin de 4 mois après que nous ayons terminé pour le sortir. ils ont besoin d’un temps

Quand avez-vous eu le temps d’écrire toutes les chansons? Vous l’avez fait en étant en tournée ou cela vous a pris un certain temps, à part?

Nous travaillons, nous avons un boulot à coté. On a pas trop joué cette année. On a fait aucun festival. Nous voulions nous concentrer sur la création de nouvelle musique. Je crois que là, nous sommes prêts.

A propos de la dernière sortie, l’album Dragon of the North, étiez-vous satisfait du résultat? Comment pensez-vous que le publique l’a accueilli?

Je crois que ça s’est bien passé. Vous savez, c’est un réenregistrement d’un vieil album? oui. C’est le premier que nous avons réenregistré. C’est basiquement la même chose, mais un meilleur son. Nous ne savions pas comment les gens allaient réagir, parce que tout le monde aime les vieux trucs. Et puis faut surtout pas déconner avec ! Je crois que ça s’est passé mieux que prévu. L’album a été bien apprécié et personnellement, je trouve que beaucoup de titres sont meilleurs maintenant que dans la version originale. C’est carrément bien.

Je suis très friande d’artwork, les vôtres semblent au premier abord très classiques et très simplistes alors qu’en regardant de plus près, ce n’est pas du tout ça, et chaque fois il y a un objet ou une thématique unique. Est ce que vous avez un processus créatif défini, un artiste favori?

Oui, nous avons un artiste favori ! C’est toujours le même, il nous a fait les deux dernières cover et le prochain. Il est originaire de Roumanie, il s’appelle Costin Chioreanu. Il fait d’autre choses aussi, des trucs pour d’autres groupes et pour le Roadburn festival. C’est une grand artiste. Il nous aidé par le passé sur le tournage de deux ou trois vidéos clip. On travaille avec lui sur le nouvel album… En fait, on fait tout avec lui. Il va également nous faire deux vidéos pour le nouvel album.

C’est un excellent ami?

Oui! C’est une grand ami. En fait, c’est un des fans de la première heure. La Roumanie n’était pas un pays très riche, à l’époque. On ne pouvait pas toujours trouver / acheter tous les albums ou le merch’. Alors, il enregistrait les albums sur des cassettes et il faisait ses propres covers. Il en a fait beaucoup comme par exemple pour Satyricon : avant même d’avoir le CD, il avait créé une cover, et sans le savoir, son dessin était quasiment identique à la vraie! C’est un gars vraiment épatant. Il va venir nous rejoindre en Juin en Norvège. On va travailler ensemble sur les nouvelles vidéos et l’album, sur TOUT en fait.

Avez-vous un morceau que vous aimez particulièrement jouer sur scène?

Ça devrait être une réponse facile, mais je ne suis pas sûr… Vous m’avez eu sur ce coup là ! Il y a deux chansons que j’aime bien jouer, qui sont semi complexes par exemple le titre the Berserkergang sur l’album Blot.

Certains nouveaux titres sont vraiment cool à jouer, très groovy et heavy. Il y a un vrai changement de style entre les nouveaux et les anciens morceaux. Les anciens sont plus complexes et pour moi, en tant que batteur, les nouveaux sont plus lourds, plus simples…Oui… je crois que les nouveaux morceaux sont plus heavy, plus lourds, plus faciles. … La simplicité c’est bien! Quand on est sur scène, on veut pas … On se fait vieux, vous voyez (rires). Alors, je veux faire des trucs simples. On veut pas jouer du black métal à 100bpm, par exemple.

Si je comprends bien, vos anciens morceaux sont plus black metal que ceux d’aujourd’hui?

Je ne pense pas que c’était PLUS black metal. Peut-être que les nouveaux titres sont tout autant black que les autres, c’est plus ou moins la même chose finalement. Ce n’est pas moins black, mais plus du « dans ta tronche », plus direct et pas trop progressif.

Vous étiez plus orienté progressif avant?

Oui un peu. Nous avons essayé d’en ramener un petit peu plus sur cet album, parce que ça me manque. J’ai pas envie de jouer toujours la même chose sur scène, car c’est vite ennuyeux sur la durée d’un concert. J’ai envie de proposer un peu plus.

Quelles sont vos inspirations?

Personnellement, beaucoup de groupes! J’écoute tout un tas de trucs. Par exemple, Bathory, qui est en haut de mon top favori depuis toujours. J’aime bien écouter aussi Rainbow, Dio, et des choses des années 70 et 80, du heavy, ce genre de choses. J’aime bien aussi Dark Throne, un peu de black metal et du classique comme Edward Grieg. J’écoute de tout! D’ailleurs, c’est en mélangeant tout cela que l’on peut créer des choses intéressantes… Je disais, du classique… et Lana Del Rey.

Pourquoi Lana Del Rey?

C’est mélancolique, c’est imposant niveau son et la voix est angélique. Aussi, je ne sais pas pourquoi, je trouve que c’est un peu post-apocalyptique. Ce n’est peut-être que moi qui pense cela. J’adore le Post-apo. J’écoute beaucoup ça ces derniers temps : Lana Del rey et Dark Throne. Dark Throne, juste pour contrebalancer un peu.

Vous n’êtes pas en tournée en ce moment, quels sont vos projets à venir?

Ce festival sera le dernier pour le moment. On commence l’enregistrement bientôt et j’espère que nous aurons terminé avant l’été. Ensuite, nous ferons d’autres festivals en Allemagne comme le Ragnard Rock et le Summer Breeze.

Summer breeze, nice!

Ouais ! C’est vraiment cool, nous y sommes allés plusieurs fois déjà. C’est vraiment un chouette festival. Nous aurons quelques concerts à domicile aussi, avec la release party. Peut-être ensuite on planifiera quelques dates ailleurs qui feront parti de la promotion, en Allemagne et en Angleterre. Mais on ne sait pas encore. Quelques unes en Norvège c’est certain. On jouera avec Kvelertak, ils sont du coin aussi.

Quels sont vos pire souvenirs sur scène?

Je n’ai pas de souvenirs !

Rien du tout? Ni pire ni excellent? Même pas une anecdote?

Bien sûr, je me souviens de certains concerts particulier, ceux que j’ai vraiment appréciés et ceux qui ont été assez mauvais. Au final tout se ressemble : on arrive pour un concert, on voit une scène. C’est a peu près tout ce que je retiens, deux mois après. Cela n’engage que moi, et puis je n’ai pas de mémoire. Mais il y a des concerts dont je me souviens, ils étaient cool, comme celui au Wacken en 2009. Ce n’était pas le meilleur, mais plutôt une sorte d’accomplissement que de pouvoir jouer dans un festival aussi grand. On était sur la main stage, c’était plutôt étrange pour un groupe de notre taille, nous n’étions pas assez « gros » pour être en main stage. Il y avait genre 1 millier de personnes! Pour moi, c’est vraiment trop, mais je préfère cette taille [celle du Cernunnos] avec à peu près une centaines de personnes.

En Norvège, on a ce festival, là d’où je viens, le Karmøygeddon Festival. Il est d’à peu près cette taille : c’est vraiment la taille parfaite ! Ma ville c’est Haugesund, qui se trouve sur la côte Ouest [ici, avec gentillesse et beaucoup de patience, il tente de m’expliquer où se trouve sa ville natale, mais ma connaissance géographique semble m’échapper] Donc le festival accueille peu de monde, il est petit, dans une petite ville, environ 1300 personnes. Il est vraiment très bien, et les gens viennent de partout, d’Europe et du Japon aussi. C’est un sorte de Inferno comme à Oslo, mais en plus petit.

Si vous avez des gens qui viennent depuis le Japon, c’est que le festival n’est pas si petit, j’imagine. L’atmosphère semble vraiment très bonne!

Oui c’est le point central ! Et ils ont été très chanceux, tous les ans, ils ont un temps splendide. Normalement c’est venteux et pluvieux, mais jusqu’à présent, il y a toujours eu du soleil. C’est un endroit un peu fermé comme ici et tout le monde se promène.

En 5 mots comment vous définiriez votre musique, votre groupe?

Je ne sais… J’ai un blanc… Cela dépend de ce que vous aimez. Si vous aimez la musique de taverne qui incorpore différents genre musicaux, qui s’inspire de choses allant de Lana Del Rey à Dark Throne et tout ce que l’on peut trouver entre les deux. Les gens qui aiment le old school et le heavy metal peuvent aimer notre musique. Par contre, je ne sais pas si ceux qui écoutent Lana Del Rey l’aimeront.

On ne sait jamais! Vous pouvez avoir des surprises, qui sait.

Oui c’est vrai on ne sait jamais.

Merci beaucoup pour votre temps,Je vois vos acolytes qui arrivent. J’espère que vous passerez un très bon moment sur scène tout à l’heure!

Eldricht Tales

A propos de Jehleen

Bonjour je m'appelle Jeh' j'ai 29 ans bientôt 32 et j'aime les hyènes. Parce que les hyènes c'est un animal dont on parle jamais alors..... Passionnée de SF (films, série télé, livres!), de vieux films et de musique, grande amatrice de mangas et films asiatiques (Takeshi Kitano, Wong Kar Wai), de chats. Je suis touche à tout mais le métal reste mon point d'ancrage. Un peu geek à mes heures (les MMO, c'est mal m'voyez) avec un humour particulier, normal quand on oscille entre les Monty Python et South Park. j'aime les défis, le premier était de me lancer et communiquer ma passion, me voilà sur E maginarock, le suivant sera d'apprendre un instrument de musique. Keep smiling, keep on rocking!

Lisez aussi

Smalls Change (Meditations upon Ageing) – Derek Smalls

Pas un metalleux ne peut ignorer Spinal Tap. L’ampli à 11, le 32ème batteur de …

Disobey – Bad Wolves

Bad Wolves est un groupe de metal américain, fondé en 2017 et qui nous propose …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *