Home / Musique / Ecstasy – Kissin’ Dynamite

Ecstasy – Kissin’ Dynamite

Une petite année après la sortie de Generation Goodbye, les dynamiques Kissin Dynamite sont de retour pour vous jouer un mauvais tour ! Enfin pas si mauvais que ça…

Dans ce nouvel album, composé de 13 titres, je retrouve l’ambiance Heavy Rock que j’ai découvert l’année dernière en découvrant Generation Goodbye. Je ne me sens pas trop dépaysée, tout va bien de ce côté-là. Tout commence avec I’ve got the fire qui donne la suite logique à l’opus précèdent.

Ecstasy, le sixième album studio, confirme une nouvelle fois que nos rockeurs allemands sont bien rodés et je pense beaucoup à Bon Jovi quand mes oreilles perçoivent le titre You’re not alone, dont le refrain efficace reste assez bien dans les esprits.

En revanche, mon hystérie s’estompe peu à peu à l’écoute des titres. Autant je trouve que cet album est très bien produit, le son est propre, les parties instrumentales sont nettes et sans fausse note. Un truc me chagrine pourtant, bien que les compos s’ajustent aisément les unes aux autres, je ne vois rien d’innovant par rapport aux albums précédents. Je m’explique : parfois je retrouve un peu les mêmes rythmiques que Generation Goodbye et du coup j’ai l’impression que c’est pas vraiment une suite mais plutôt un réédit. Au moment où j’écris ces lignes, je suis en train d’écouter Breaking the silence qui est vraiment un bon morceau, variant les rythmes et les lignes de chants. Un peu différent des sept titres écoutés précédemment. Un peu plus Metal d’ailleurs, étonnement…

Je suis un peu partagée quant à dire avec certitude si je suis convaincue par ce nouvel album, ou non. Certes, il est vraiment bien fichu, énergique et les solis guitares sont vraiment cool, je ne peux pas nier l’évidence.
Mais… il y a ce je ne sais quoi qui ne me va pas. Si vous avez une réponse, je suis preneuse ! Quoiqu’il en soit, je vous encourage tout de même à jeter une oreille sur Ecstasy parce qu’il vaut le coup d’être entendu !

Kissin Dynamite
Ecstasy
2018
BMG

Eldricht Tales

A propos de Izzy

C’est l’histoire d’une fille qui n’a pas toute sa tête… Passionnée d’arts graphiques et de littérature fantastique, issue de diverses formations artistiques et amoureuse de la musique depuis belle lurette, elle cherche à faire partager ses passions à travers des productions de concerts. C’est ainsi qu’en 2012 elle crée une association de production de concerts indépendante sur la capitale, Extrême Factory. En parallèle, elle est chroniqueuse pour différents webzines musicaux et commence ainsi une carrière de schizophrène mélomane.

Lisez aussi

Celle qui n’avait pas peur de Chtulu – Karim BERROUKA

  Qu’est-ce qui est vert, pèse 120 000 tonnes, pue la vase, n’a pas vu …

Anthill – Grorr

Grorr, groupe de death metal progressif à influences djent né en 2005 à Pau, s’est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *