Accueil / Geeks / “DREAMS OF DALI” : Réminiscence archéologique de l’Angelus de Millet

“DREAMS OF DALI” : Réminiscence archéologique de l’Angelus de Millet

Vous pouvez dorénavant visiter un tableau de Dali de l’intérieur par le biais d’un casque de réalité virtuelle et explorer le monde du maître surréaliste, comme vous ne l’avez jamais fait auparavant! Un prodigieux mariage entre l’art et la technologie, avec une vision en 360 degrés, dans un environnement 3D totalement immersif.

 

Une expérience muséale inédite

La Réalité Virtuelle nous avait offert quantité de choix en matière d’expériences sensorielles. Remonter dans le temps (Assassin’s Creed), découvrir le futur (Fall Out), voyager dans l’espace (Dark Citizen), plonger dans des univers imaginaires (Final Fantasy), sonder les profondeurs abyssales des fonds marins (World Of Diving), s’inventer une vie et un avatar (Les Sims), revivre toutes les guerres ou en déclarer de nouvelles (Call Of Duty). Toutes les limites perceptibles de l’univers nous entourant avaient été repoussées. Ne restait-il donc plus rien à découvrir ? Plus une seule terre inconnue ou planter son drapeau ? Si la visite virtuelle des musées du monde est maintenant chose courante, qui n’a jamais rêvé de partir se promener dans une toile de Jérôme Bosch, Picasso, Grant Wood, Van Gogh ou encore Monet ? De voir celle-ci s’animer et prendre vie ?

 

C’est maintenant chose possible depuis 2016, grâce à la collaboration entre Sam Luchini et Roger Baran, directeurs créatifs de l’agence Goodby Silverstein & Partners. L’Oculus Rift vous offre désormais la possibilité de vivre une immersion totale dans une aventure spectaculaire : « Dreams of Dali ». Vous plongeant en plein cœur du tableau « Réminiscence Archéologique de l’Angélus de Millet » peint par Dali en 1935, l’animation vous propose d’évoluer au sein de cette œuvre où viennent interagir « Les Éléphants » du même artiste.

 

 

 

Le projet a été initié à St. Petersburg en Floride, où le musée Dalí a lancé pour l’occasion de son exposition autour de Dalí et Disney un système de réalité virtuelle permettant au visiteur de se déplacer à travers l’univers d’une toile à l’atmosphère chaotique. Dans la version de l’Angelus de 1935, Dali reprend les deux figures en les introduisant dans un contexte mystique, où nous nous retrouvons dans l’imagination de l’artiste surréaliste, qui semble avoir peint un paysage sorti de l’un de ses rêves. Dali introduit une nouvelle perceptive dans la transformation. Il semble vouloir donner à L’Angélus un aspect plus moderne par ces formes gigantesques, fluides et avant-gardistes, en introduisant une dimension innovatrice, dont le projet de réalité virtuelle prend d’ailleurs tout son sens.

 

 

 

Au cœur de l’immensité

Perçu à travers le regard de l’Oculus Rift, « Dreams Of Dali » amène le spectateur dans un univers virtuel où règne vertige et précision. Il est difficile de se souvenir qu’il s’agit bien de la visite d’une œuvre peinte, tant la sensation de mouvement et de vie est omniprésente, et ce jusqu’à la bande son obsédante qui vous accompagne tout le long de ce voyage. C’est aux côtés d’un père tenant son fils par la main et faisant face à l’immensité suggérée par la perspective de l’image que l’expérience débute. Un ciel parcouru par des nuages, plus vrais que nature, et dans lequel, croissant de lune et soleil levant se côtoient, répond en miroir au sol désertique sur lequel dominent les deux tours, centre de l’œuvre. Quelques pierres disposées là et laissent à penser qu’il fut un temps, peut-être, où l’architecture du lieu était plus aboutie. La végétation entremêlée à la maçonnerie accentue ce sentiment de civilisation abandonnée.

Le projet est axé sur un mode de déplacement, utilisant le réseau de balises préalablement implantées sur un ensemble de points de vue les plus remarquables de la toile. L’évolution d’un point à l’autre s’effectue en visant sa prochaine destination. L’Oculus Rift traduit alors le verrouillage optique en mouvement. Autour se soi défilent alors les éléments du décor, lui-même encadré par des chaînes de montagnes qui s’étendent à perte de vue.

Le cloisonnage imposé par la limite de ces sentiers tracés, laisse très rapidement la place à la grâce procurée par la contemplation du site. Le passage des éléphants au-dessus de votre tête, ainsi que le panorama offert au sommet de l’une des deux tours, sont à couper le souffle. Les couleurs, la lumière et les ombres, la fluidité lors des déplacements, tout est réalisé pour que ce séjour pictural reste gravé dans votre subconscient.

 

Une condition s’impose toutefois pour accéder à cet univers. Il est nécessaire d’être technologiquement bien équipé. Si l’Oculus Rift étant, sans conteste, une véritable révolution dans l’univers de la réalité virtuelle, celui-ci impose son lot d’exigences. Petites machines s’abstenir, pour profiter pleinement des performances techniques du casque VR, c’est configuration gamer obligé ! Il faudra se munir au minimum du processeur Core I7, de 16Go de Ram et d’une carte graphique GTX 1060 au risque de voir votre voyage féerique virer en visite d’un dessin d’enfant de maternel !

La technologie actuelle incite les créateurs contemporains à élaborer de nouveaux projets avec des propositions inédites. Faire vivre aux spectateurs des expériences uniques, tel est le pari que se propose de relever aujourd’hui les développeurs de la réalité augmentée. Exposition virtuelle, utilisation de vidéoprojecteurs, installations, happenings interactifs notamment en danse et au théâtre (Claire B et Adrien M avec le projet « Hakanaï »), il est de plus en plus courant de voir des projections pharaoniques sur des monuments ou cathédrales en ville. L’exposition « Carrières de Lumières » est devenue un centre d’art numérique, située dans les Alpilles, dans l’ancienne carrière des Beaux-de-Provence. Un spectacle multimédia artistique où de célèbres tableaux s’animent en musique. Art et technologie continueront de nous surprendre et de nous époustoufler, grâce à ses propositions innovantes.

 

 

 

A noter que l’exposition de Gustav Klimt à l’Atelier des Lumières à Paris est décalée jusqu’au 6 janvier 2019https://www.atelier-lumieres.com/fr/gustav-klimt

Aurélie Kula

Eldricht Tales

A propos de Auré Ola

Aujourd’hui en Freelance dans plusieurs domaines: le journalisme, la communication et la relation presse, je me diversifie dans différents domaines de la presse écrite. Photographe de formation, spécialisée en argentique, après 3 années d’études passées à Barcelone, je me réoriente dans la gestion d’un magazine spécialisé dans la presse musicale. Après avoir passé plusieurs années à l’étranger notamment aux Etat-Unis et en Angleterre, je développe très tôt un intérêt pour l’international. Passionnée d’art et de culture, les connaissances obtenues par le biais de ma curiosité ne cessent de s’accroître.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *