Home / Musique / Dead Man’s Voice – The New Roses

Dead Man’s Voice – The New Roses

new-roses-deadmans-voice

En ce samedi parlons un peu de rock avec The New Roses, un groupe allemand qui donne du tonus à la vie par sa musique. Démontrant que les populations d’outre-Rhin savent faire autre chose qu’hurler dans un micro (ce qu’ils font bien par ailleurs), le quatuor propose ici un rock finalement très classique, années 90 mais avec des accents propres à la manière dont les allemands jouent et pensent la musique. L’alchimie est vraiment étonnante mais vend du rêve.

La pochette fait clairement penser à celles du rock américain des années 90 et est donc parfaitement dans le ton. L’album débute avec Head or Tails et tout de suite le son jailli dans nos oreilles, rythmé et entraînant. La voix du chanteur, Timmy Rough, résonne également rapidement et vient se poser sur la musique et l’accompagner parfaitement. Le son de Thirsty vient ensuite emplir nos oreilles avec ses guitares, avant que l’on se prenne presque à s’imaginer en train de conduire sur les routes d’un désert américain, fenêtres ouvertes et son à fond… Partner in Crime vient ensuite et ce morceau est clairement de la même veine que les autres : voix et guitares très présentes, avec basses et batterie au fond pour rythmer le tout. Encore une belle réussite en tous cas et jusqu’à maintenant l’album se déroule sans la moindre fausse note. Dead Man’s Voice, titre éponyme, début avec un petit côté western vraiment réussi. I Believe et Ride With Me reprennent une fois de plus la recette qui marche et nous entraîne sur les rythmes des guitares. Mention pour le passage plus doux de I Believe qui est particulièrement agréable avant que la musique reprenne toute son emprise.

On passe ensuite à Hurt Me Once (Love Me Twice), qui est l’un de mes deux morceaux préférés de l’album. Pourtant rien au niveau de l’ambiance générale ne change mais j’ai vraiment apprécié les paroles ainsi que le refrain de cette chanson-ci. Not From This World est également un autre bon moment de ce disque. La ballade What If It Was You est par contre un petit bijou de rock, vraiment bien composée et chantée à merveille. La petite pause romantique bienvenue de cet album. Try (And You Know Why) et From Guns & Shovels terminent Dead Man’s Voice de la même manière qu’il a été ouvert : à coup de guitares et de voix éraillées.

Cet album est vraiment une réussite que j’aurais tendance à rapprocher, musicalement, de ce que peut proposer un groupe comme Volbeat avec ce côté peut-être plus américain encore au niveau de l’ambiance. Le fait est que l’auditeur sait ce qu’il écoute et tout est bien joué, composé, enregistré. Aucune fausse note à regretter sur ce Dead Man’s Voice qui a franchement de la gueule donc ayez au moins la curiosité d’y jeter une oreille…

Dead Man’s Voice
The New Roses
2016

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Serpentine – Hyrgal

Hyrgal est un trio de Black métal français formé en 2007. Quelle fut ma joie …

The Contortionnists + Palm Reader + The Dali Thundering Concept – O’Sullivan Backstage – 27/06/2018

Pendant que certains regardaient le foot, d’autres ont bravé la chaleur Parisienne pour venir voir …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *