Accueil / Musique / Dark Hellectro Monument – Veikchild

Dark Hellectro Monument – Veikchild

Ce n’est pas souvent que je chronique de l’électro, tout simplement parce que de base je n’aime pas cela. Mais lorsque le projet est autant mâtiné d’imaginaire je ne peux m’empêcher d’y jeter une oreille et là j’ai eu une grande révélation

Les orgues de Night X Mistress lancent l’ambiance et le chant saccadé, les guitares complètement saturées viennent ajouter à l’aspect gothique de l’ensemble. C’est cette premièe piste qui m’a convaincu de m’intéresser de près au projet et personnellement je n’ai pas été déçu. Le second morceau, Clash of Ellectra, commence comme une vraie piste électro, avec du synthé, des chœurs étranges derrière et une beat box omniprésente. Le son est entêtant, inquiétant et l’on se prend au jeu. Mais enchaînons avec la suite ! Changement de rythme avec The Prince Demetri. Une beat box plus rapide, toujours cette présence de l’orgue. Wolf Inside Me rechange la donne et a une atmosphère plus darkwave grâce aux guitares. Visiblement, à ce stade de l’écoute, Veikchild cherche clairement à nous faire voir une sarabande de monstres nocturnes issus des pires cauchemars de l’humanité. Et voir ainsi retranscrit sur de la musique électronique ce que j’ai pu apprécier sous forme littéraire est vraiment surprenant et intéressant, notamment les voix susurrées sur le morceau.

 

Lascivious Vampire ne me fera donc pas mentir et le chant aérien, presque fantomatique en fond non plus. Plus gothique encore que les autres avec ce son de clavecin qui nous martèle, j’ai vraiment vécu un véritable film dans ma tête. Avec Moon Contact on revient à de l’électro bien rythmé et de la beat box pour envoyer de l’énergie. Cela ne marche pas mal mais ce n’est clairement pas ma dope sur cette piste. Sur The Clock Tower on revient à la darkwave et les orgues font leur grand retour pour créer une ambiance excessivement gothique. Le rythme posé par les guitares est beaucoup plus rapide et cette course musicale est vraiment intéressante. On attaque presque la fin de l’album avec The Last Level et Louisiane. Le premier a un côté assez urbain dans sa rythmique mais le mélange de sons proposé est vraiment prenant. A côté de cela Louisiane propose quelque chose de plus calme, presque marécageux, en tous cas clairement immersif et c’est ce que l’on recherche dans ce type de composition.

Avec Dark Hellectro Monument, Vaikchild m’a donné envie de m’intéresser de plus près à la darkwave et à ce type de musique qui peut mener presque à la transe tant elle est immersive. Et j’ajouterais qu’il y a clairement un aspect cinématographique particulièrement impressionnant dans cet album.

En tout cas pour un petit nouveau qui débarque sur la scène musicale française, il sait clairement ce qu’il fait et je serais vraiment curieux de voir la suite de ses aventures obscures, et surtout de les écouter !

Dark Hellectro Monument
Veikchild

2017

À propos Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

x

Check Also

Transcience – Steven Wilson

Steven Wilson revient avec un album recomposé, au moins autant que les malheurs exposés dans ...

Watch Dragon ball super