Home / Livres / BD, comics & mangas / Crossed 1 – Garth Ennis & Jacen Burrows

Crossed 1 – Garth Ennis & Jacen Burrows

Il n’y a pas d’espoir. Pas de héros.

Personne ne viendra vous sauver.

Vous êtes seul.

Ils sont partout. Hommes, femmes et enfants, tous victimes d’une mystérieuse infection qui change les parents en tueurs et les amants en violeurs. Sans pitié, ils répandent le mal et traquent les derniers membres de notre espèce à l’agonie.

Dans une Amérique désolée, un petit groupe de survivants cherche à rejoindre l’Alaska, espérant y trouver le salut. Ils vont découvrir le prix de la survie…et de leur propre humanité.

Pour lecteurs avertis.

Diantre oui. Crossed est à ce jour la série de comics traitant du phénomène zombie qui m’a le plus choquée. Et c’est par cette violence, ce gore et cette débauche de scènes choquantes que la série se distingue de ses concurrents tels que The Walking Dead (Delcourt) ou encore Les Abandonnés (également publiée chez Milady Graphics).

Au niveau purement graphique, les dessins s’inscrivent dans la tradition des comics, traits nets et efficaces, couleurs travaillées et d’ambition réalistes. Ce réalisme des dessins participent également dans l’ambiance malsaine et choquante de l’ouvrage : il s’agit de montrer ce que pourrait devenir notre monde dans le cas d’un tél fléau infectieux.

Au niveau du scénario, rien de très nouveau cependant. Il s’agit encore une fois d’une mystérieuse infection dont on ignore l’origine et qui frappe les héros au cœur de leur quotidien dans une petite ville bien tranquille des États-Unis (et la France alors ? À quand une Tour Eiffel parée de guirlandes de cadavres ?). Ces héros vont tenter de survivre, trouver à manger et gagner une terre promise (ici l’Alaska), le tout en faisant diverses rencontres plus ou moins sympathiques.

La différence dans Crossed, c’est que l’infection ne se contente pas de transformer les braves gens en cadavres cannibales…Elle semble (au niveau du tome 1 on découvre les effets de la maladie en même temps que les personnages) en fait exacerber les penchants humains les plus bestiaux, à savoir : manger, se reproduire. Si ce n’était que ça, nous aurions une invasion d’hommes préhistoriques en plein XXIe siècle, pas trop grave me direz-vous (quoique), seulement l’infection transforme également votre voisin en la lie de l’humanité : pédophile, violeur, sadique, dépeceur et j’en passe. De là fleurissent donc une multitude de scènes marquantes, violentes et toujours malséantes : une famille qui se fait violer et dépecer à cause du mysticisme du père, des enfants qui deviennent cannibales sur les conseils attentifs de leur institutrice, etc. Outre ces scènes de gore sexuel pur et dur, on retrouve un certain humour qui ne fera définitivement pas l’unanimité. Certains applaudiront cet humour noir et politiquement plus qu’incorrect, d’autres le trouveront gratuit, vulgaire et stérile.

En ce qui concerne les personnages, on retrouve une fois encore des personnages assez typiques. La leader warrior frigide qui est incarnée par Cindy, le gamin gentil mais un peu boulet (Patrick, fils de Cindy), le héros qui est censé être assez banal pour que le lecteur s’y identifie (Stan) et des personnages annexes comme l’handicapée boulet n°2 (Kelly l’aveugle), le mystique qui angoisse tout le monde (Joël et sa famille), le mec assez cool qui est l’ami du héros (Thomas). Dans ce premier tome, il y a beaucoup de personnages qui se réunissent dans un groupe conséquent ; vous avez du mal à retenir qui est qui ? Pas de problème, une bonne partie va mourir.

La multitude de personnages mis en scène permet une analyse des comportements de groupe, des possibilités de réaction humaine face à une apocalypse, à une crise inexplicable. Les situations et les dialogues sonnent assez justes et l’on y croit. A contrario, les personnes infectées sont, à mon sens, moins convaincantes dans leur rôle d’épouvantail à cause de l’humour scabreux qui s’exprime à travers les réflexions des bourreaux. Résultat, on glousse au lieu de trembler mais peut-être est-ce bien le but de Crossed, mettre en place un monde chaotique grâce au prétexte d’une maladie mystérieuse et enchaîner les pires scènes imaginables, le tout agrémenter de répliques ordurières. Gore vulgaire et gratuit ou tentative de montrer le pire dont est capable l’Homme et ce, sans limite aucune, sans censure ? À chacun d’y répondre.

Crossed Tome 1
Garth Ennis & Jacen Burrows
Traduction par Philippe Touboul
Bragelonne – Milady
Collection Milady Graphics
Mars 2011
12,90 €

About Senda

Check Also

Silo – Hugh Howey

L’édition dont je vais vous entretenir est parue au Livre de Poche, mais une fois …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *