Accueil / Musique / Métal / Compiler Optimization Techniques – The Algorithm
Bannière Institut de la Musique

Compiler Optimization Techniques – The Algorithm

 

The Algorithm est le projet musical du musicien français Rémi Gallego, mélange étonnant d’électro et de métal progressif. Compiler Optimization Techniques est son dernier album, et je l’ai adoré.

Cet opus ne comporte que 5 chansons mais qui sont toutes relativement longues (pas moins de 6 minutes). Il propose de l’électro aux sonorités très riches, très mélodiques et très rythmées.

Compiler Optimization Techniques s’ouvre avec le morceau Cluster, le plus long, et probablement le plus diversité. Cluster alterne entre des passages purement rythmiques, très métal, d’autres plus mélodiques et d’autres plus planants. Il y a un véritable jeu au niveau des sonorités : les mélodies sont défragmentées ; par moments la piste semble même rayée. On y retrouve bien les inspirations progressives de Gallego, avec les nombreux changements de rythmes qui ponctuent Cluster.

S’en suit Fragmentation, qui revient aux racines de l’électro, avec des sonorités qui rappellent certains morceaux de la fin des années 70, sans se départir d’un côté assez instrumental.

Superscalar est un morceau que j’ai particulièrement apprécié. Plus court que Cluster, il est néanmoins tout aussi riche. Superscalar propose des rythmes et des mélodies très rapide et alterne, là encore, entre différents styles : certains passages sont très métal, d’autres rappellent des sons de game boy tandis que certaines phases sont totalement psychédéliques et planantes et se rapprochent du stoner. Le final est très beau.

L’aspect psychédélique se retrouve dans Binary Space, qui débute avec une intro très métal pour déboucher sur des rythmes et des mélodies peut-être un peu plus classiques mais aussi plus accrocheuses : ça fonctionne très bien, et une fois de plus le final est très bon.

C’est Sentinel Node qui clôt cet album, un morceau tout aussi réussi que les précédents. On y retrouve ce mélange d’électro des années 70 et de rythmes métal sur des mélodies virtuoses et accrocheuses. Le final est hypnotique, très riche, plusieurs mélodies se mêlant à des rythmes plus classiques.

J’ai donc beaucoup aimé cet album, savante construction mêlant électro et métal progressif, que j’ai trouvé particulièrement riche et original.

Compiler Optimization Techniques
The Algorithm
2018

Eldricht Tales

A propos de NokomisM

Lisez aussi

V.EN.O.M. – Dystopolis

Petit détour par le post-apocalyptique metal de Dystopolis, groupe origine d’Allemagne. Qu’est-ce qu’un metal post-apocalyptique …

Entretien avec Lorenzo, guitariste de It Came From Beneath

Après avoir écouté et chroniqué le dernier album de It Came From Beneath, Clair-Obscur, l’occasion …

Un commentaire

  1. The Algorithm est un peu dans le même courant « synthwave pour fans de metal » que Carpenter Brut ou Perturbator – deux autres projets français, d’ailleurs. C’est un bon mélange entre la musique synthé un peu sombre des années 1980 (John Carpenter, Tangerine Dream) et des sensibilités prog/metal modernes.

    Personnellement, j’avais préféré le précédent, « Brute Force », mais celui-ci est très bien quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *