Home / Livres / Champ de Mort – Infection T2 – Craig DiLouie

Champ de Mort – Infection T2 – Craig DiLouie

Infection 2Le post-apo zombie est un de mes petits plaisirs personnels que je goûte malheureusement avec trop de modération puisque la production actuelle en propose assez peu. Alors oui certains me rediront que c’est redondant, que c’est toujours le même topo,… Mais personnellement je trouve que c’est véritablement un divertissement à l’américaine avec des armes, des monstres, du sang et des tripes. Qu’en est-il donc d’Infection ? Je n’ai pas lu le premier tome mais j’étais alors curieux de découvrir cette saga, donc autant entrer dans le vif du sujet…

La couverture est classable dans le post-apo le plus classique qui soit avec un mec muni de son masque à gaz sur fond texturé et bâtiments dévastés. Classique mais néanmoins agréable à regarder et plutôt attirant donc rien à redire sur cette couverture. La présentation de l’éditeur nous mets un peu en situation, et me replace les choses à l’endroit après ma non-lecture du premier opus :

Un mystérieux virus a ravagé la Terre. Les victimes ont un seul dessein : propager l’infection. Alors que le monde plonge dans l’apocalypse, l’épidémie continue d’évoluer chez certains d’entre eux, les transformant peu à peu en monstres. Les forces armées américaines mènent une guerre contre leur propre pays et sont engagées dans une bataille indécise pour le contrôle de Washington. De son côté, Ray Young a survécu à la libération d’un camp de réfugiés d’infectés, et découvre qu’il a aussi réussi à échapper à l’infection. Il doit son salut au fait qu’il a modifié le virus, pour en faire une arme qui peut détruire le monde.

Craig DiLouie nous propose donc un roman de zombies des plus classiques dans sa forme mais il parvient à surprendre un peu sur le fond. En effet son scénario représente ce qui se fait habituellement en tome 2 d’une saga de ce type : une résistance acharnée et un début de reconquête face aux monstres avant de finir sur un climax annonçant un troisième tome encore plus boosté aux hormones. Bref, quelque chose de normal et d’attendu mais de plutôt bien conçu. Par contre l’auteur a su me surprendre par ses zombies. Le principe de les faire évoluer n’est pas nouveau mais j’ai eu la sensation de danger et d’écœurement ressenti devant un jeu comme Left 4 Dead où les zombies ont évolué en plusieurs espèces ayant des pouvoirs supérieurs. Et j’ai retrouvé ici cette surenchère finalement assez jouissive du monstre évolutif, pas simplement du marcheur dangereux mais pas forcément individuellement mortel. Bref, cela complexifie l’ensemble et j’ai vraiment apprécié.

Le style est efficace, sans concessions et sans fioritures. L’auteur nous invite à un combat, pas à cueillir des pâquerettes, et cela se sent bien. Toutefois le roman est bien écrit, la traduction est de bonne qualité, les dialogues sont bien conçus, bref, l’ensemble est crédible.

Ce qui m’a gêné dans ce roman c’est cette trop forte tendance à l’introspection et au flashback. Je ne suis pas contre quand c’est motivé par l’histoire mais là j’ai vraiment eu l’impression que Craig DiLouie cherchait à donner à tout prix une dimension humaine à ses personnages en justifiant cela par des pensées profondément philosophiques et des considérations sociales. Cela m’a clairement gêné car cela coupe le rythme de l’histoire.

Pour conclure je dirais que Champ de Mort est un bon roman qui sans révolutionner le genre zombie se laisse lire avec plaisir. J’ai du coup vraiment envie de découvrir les autres romans de cet auteur qui m’a l’air prolixe…

Champ de Mort
Infection T2
Craig DiLouie
Eclipse

14€

 

About Thomas Riquet

Passionné de littératures de l’imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d’Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom.

Ce faisant il assure également la direction littéraire d’anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Check Also

Colorado Kid – Stephen King

  L’un s’appelle Dave Bowie, l’autre Vince Teague. L’un est gros, l’autre est mince. L’un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *