Home / Dossiers / Artiste du mois : Philippe Delaby

Artiste du mois : Philippe Delaby

murena2Alors que dernier tome du second cycle de La Complainte des Landes Perdues est sorti en décembre, le souvenir de Philippe Delaby, de son coup de crayon et de la magie avec laquelle il donnait corps à des récits est plus présent que jamais. Artiste jusqu’au bout de ses mines, il excellait tant dans le style fantastique qu’historique, remportant même le soutien et l’admiration de la Société des Gens de Lettres pourtant éloignés du monde de la BD. Grâce à ses collaborations avec l’auteur Jean Dufaux, l’Antique Rome et les légendes celtiques sont devenues plus que part de l’Imaginaire, elles sont la réalité contée, la quête du savoir humain par le plus ancestral des vecteurs, l’art de l’image.

Né à Tournai, Belgique, en 1961, Philippe Delaby s’est aventuré très tôt sur les landes de la BD grâce au plus belge des héros papier internationaux, Tintin. On peut donc y voir un parcours naturel dans le fait qu’il intégra dès 14 ans l’Ecole des Beaux-Arts de Tournai. L’enseignement y est académique et, loin de rebuter le jeune Delaby, il lui donne goût et passion pour l’art flamand du 18e siècle, Ingres et la peinture à l’huile en tête de ses favoris. Pour autant, Delaby reste plus passionné encore par la BD et se lance dans un concours à l’âge de 18 ans. Il réussit et la récompense se montre à la hauteur de son ambition : il intègre les éditions Le Lombard et participe à la publication du Journal de Tintin dès 1987.

delaby_noiretblanc

 

 

 

 

 

 

 

En 1991, il travaille avec Yves Duval, mettant en image Arthur au Royaume de l’Impossible et Richard Cœur de LionL’Epée et la Croix, deux BD mêlant mythologie celtique et figures historiques anglo-saxonnes. Ces galops d’essai lui apportent la reconnaissance et Delaby se lance ensuite (1993) dans la réalisation d’un album d’héroïc-fantasy aux côtés du scénariste Jean-Luc Vernal, Bran – Légende Née des Tourbillons des Vents du Nord.
Les trois années suivantes sont consacrées à la trilogie BD L’Etoile Polaire d’après le scénario de Luc Dellisse. Son crayon, sa maîtrise des couleurs, de la mise en scène et en mouvement évolue, s’imposent et gagnent en maturité.

9782803610945_1_75

 

 

On pourrait penser que Delaby se cantonnera dans le style qui lui a donné reconnaissance mais un artiste aime évoluer, explorer et c’est ce qu’il fait en 1997. L’aventure Murena (9 tomes entre 1997 et 2013) débute en fanfare avec un prix du Festival de la BD de Boulogne sur Mer. Cette fois-ci, c’est au tour de l’éditeur Dargaud de mettre en valeur l’art de Delaby. Le duo qu’il formera tout le reste de sa vie avec l’écrivain Jean Dufaux marque le renouveau de la BD historique dans cette série contant les affres du règne de Néron à travers le prisme d’un citoyen romain lambda, Murena.

 

108106_Murena_couv_recadre

465-l737-h2000

Murena+9+face_Murena+face

L’art de Delaby prouve qu’il peut non seulement s’adapter à différents genres de récits mais surtout traduire tout le mysticisme qui entourait les croyances et donc le quotidien de la vie dans l’Antiquité. Fidèle à la vérité historique (autant qu’on puisse en juger d’après les recherches connues et publiées), Delaby traduisait le scénario à la fois complexe et simplifié pour s’adapter à l’art de la BD de Jean Dufaux, insistant sur un rendu archéologique des décors, des costumes, des architectures, des visages, mêlant la réalité à la sorcellerie, les empoisonneuses, les mystères nocturnes par jeux de lumières et l’accent sur des masques, sculptures représentant les figures terrifiantes de la mythologie.

130

3207680101_1_6_BzGDDhZd
Lorsque Delaby reprend le flambeau de La Complainte des Landes Perdues pour le second cycle (4 tomes entre 2004 et 2014), il ajoute un soin du détail méticuleux aux décors naturels, des visages avides de sang, des transformations hideuses, visqueuses, terrifiantes des Moriganes à une série qui comptait déjà une belle identité visuelle grâce au travail de Grzegorz Rosinsky.
Superbe foisonnement de détails dans les décors, traitement réaliste un rien portraitiste des personnages, avec un soin bien particulier porté aux héroïnes, belles, pulpeuses, vénéneuses, travail des couleurs, de la lumière imposant des atmosphères bien choisies, les mains de Delaby sont les parfaites alliées de scénarios addictifs de Jean Dufaux.

GD82KblT_1507141339411

3242442885

 

complaintedeslandesperdues06_79248

delaby-complainte-des-landes-perdues-la-fee-sanctus

IMG_2767
Au cours de ces années de pleine expression artistique, pour le plus grand bonheur des lecteurs auxquels il a également offert le Portfolio Tentation (2001), un Carnet de Croquis (2003), un recueil Les Premiers Récits de Philippe Delaby (scénario d’Yves Duval – 2003) et un Carnet d’Auteur (2010), Delaby reçoit le Grand Prix Saint Michel pour l’ensemble de son œuvre (2011) et le Crayon d’Or du Festival de la BD de Middelkerke pour ses 25 ans de carrière (2013).

 

carnet-d-auteur-philippe-delaby-bd-volume-1-simple-26237

Disparu brutalement d’une crise cardiaque survenue dans la nuit du 28 au 29 janvier 2014, Philippe Delaby manque cruellement au monde de la BD comme à ses fans. Grand de la BD qui a su marier une formation classique à sa passion pour la BD, Delaby laisse une empreinte inoubliable.

 

About Clémentine Fourau

Prisonnière ravie du monde des rêves et de l’imaginaire depuis l’enfance, j’ai connu mes premiers émois littéraires avec les classiques contes et autres aventures des héros de cape et d’épées avant de glisser dans un univers encore plus riche : Histoire, mythologies, légendes, sorcellerie, Fantasy, fantasmagories… Le charme grandiose des oeuvres de Stephen King, JRR. Tolkien, H.P Lovecraft, Edgar A. Poe et Anne Rice furent autant de rencontres magiques éveillant un appétit d’ogre pour le fantastique sous toutes ses formes. Egalement férue de mangas, de films d’animation et de cinéma, j’ai vogué entre mes passions et des études d’histoire de l’art et archéologie, traînant un sentiment persistant que le Livre était ma véritable voie. Aujourd’hui, j’ai trouvé un équilibre, remplissant sans cesse le peu d’espace dans lequel je vis avec toujours plus de livres et partageant ma passion des mots et de l’image à travers mes chroniques et un travail d’écriture qui, je le souhaite, aboutira à séduire un lectorat plus large encore. Car rien n’est plus savoureux que de créer son propre univers du rêve… ou de cauchemars !

Check Also

Decline and Fall of an Empire – L’Hérésie d’Horus – Warhammer 40.000

Si je me suis amusé à pasticher en sous-titre l’ouvrage fondateur du célèbre historien Edward …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *