Home / Anges foudroyés – Philippe Tessier

Anges foudroyés – Philippe Tessier

Au pied de la Cité des âmes, le Berger mène le troupeau des damnés et vit parmi les maudits, là où le temps s’est arrêté entre rêve et crépuscule. Ville millénaire aux murailles couleur d’ébène, elle s’étend sur des lieues et ne laisse jamais filtrer la moindre lueur. Aucun être vivant n’y est jamais entré, personne n’en est jamais sorti.

La morne routine immuable du village où vit le Berger vole soudain en éclats lorsque trois chevaliers arrivent : un templier, un sujet du roi Roland et une paladine. Ils disent être venus pour retrouver un des leurs, un chevalier que le Berger avait aidé à pénétrer dans la Cité maudite quelque temps auparavant… le Berger décide de les accompagner pour mettre fin à son perpétuel tourment et défier le Maître des lieux.

Il ne se doute pas que le réel est parfois mensonge et que cette quête épique aura des répercussions bien plus importantes : qui est vraiment le Berger, comment ces chevaliers sont-ils arrivés là où aucun mortel n’a pu le faire auparavant et qui se cache réellement derrière le duc du Mal, l’homme mystérieux qui règne sur le royaume des Morts ?

Tout d’abord, je tenais à relever une bonne surprise sur le côté purement « objet » du livre. Il est broché (comprenez par là cousu ET collé), ce qui ne se fait plus beaucoup à l’heure actuelle. J’apprécie car cela donne une reliure solide et ne casse pas le dos du livre. Voilà pour l’aspect pratique.

J’ai découvert Philippe Tessier grâce à son jeu de rôle Polaris et je savais déjà qu’il était très doué pour planter un décor qui aspire littéralement le lecteur. Anges foudroyés ne déroge pas à la règle : l’ambiance, sombre et puissante, vous transporte dans un puits de noirceur où vous découvrez la vie quotidienne de pauvres damnés perdus pour l’éternité. L’Enfer prend ici toute sa terrible dimension, l’espoir ne paraît pas avoir sa place.

L’histoire tourne autour de quatre personnages principaux : le Berger et trois héros venus sauver de la damnation la fille du roi Roland. Le rythme est soutenu, les événements se succèdent rapidement, si bien que l’on s’attache très vite à chacun d’eux car, bien entendu, dans ce monde de ténèbres, leur sort n’a rien d’enviable. Leurs souffrances servent de lien entre eux et l’on accompagne chacun dans ses épreuves, avec à chaque fois la sensation que le plus terrible reste à venir. La trame, construite avec intelligence et savoir-faire, provoque sans cesse de nouvelles questions, si bien que l’on se demande où elles vont nous mener. Les révélations successives n’amènent que le désir d’en savoir plus. Intense et attrayante, voilà deux mots qui pourraient la résumer.

Le style, fluide et dynamique, m’a beaucoup plu. J’ai trouvé qu’il servait parfaitement l’histoire et, avec l’intensité des descriptions, qu’il permettait vraiment de rentrer à fond dans le livre. Il n’y a pas de lourdeurs, pas de phrases alambiquées, ça pulse sans arrêt et c’est tant mieux.

La seule chose qui puisse gêner certains lecteurs, c’est au niveau du choix de la narration : pour le personnage du Berger, l’auteur passe de je à il de manière régulière. Personnellement, cela ne m’a pas gênée du tout, j’ai au contraire pu ressentir un éloignement et un rapprochement avec le personnage à des moments très à propos.

Le seul petit point négatif concerne la fin : je crains que sa complexité n’amène trop de questions et que ceux qui apprécient les conclusions claires et nettes ne soient déçus. Pour ma part, j’apprécie ce genre de final qui me fait réfléchir et repenser plus tard au livre. Nul doute que je le relirai, d’ailleurs !

Anges Foudroyés
Philippe Tessier
Couverture de Sylvain Sarrailh
Black Book éditions
9 euros

About Lauryn

Check Also

Un éclat de givre (Folio SF) – Estelle Faye

  Attention Gros coup de cœur de fin d’année. Un éclat de givre est un …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *