Accueil / Reports / Concerts / Acyl+ Malemort + Nemost – La Boule Noire, Paris – 05/10/2018
Bannière Institut de la Musique

Acyl+ Malemort + Nemost – La Boule Noire, Paris – 05/10/2018

A l’heure où les lieux de concerts indépendants commencent à se faire rares à Paris, entre les fermetures administratives et les salles qui ferment les unes après les autres, il ne reste plus beaucoup de possibilités pour découvrir les groupes émergents de la scène Metal. En revanche, on peut toujours aller voir ceux qui font partie de la scène montante et c’est le cas pour Acyl , Malemort et Nemost…

Il semble tout de même difficile pour ces groupes de fidéliser leur propre public actuellement, du moins dans le cadre d’un concert, mais force de constater que La Boule Noire était une nouvelle fois bien remplie ce soir ! Si vous êtes un peu curieux, vous remarquerez que notre plateau du soir était programmé lors de la dernière édition du Kave Festival et c’est avec la même énergie que notre trio francilien a mis le feu au plancher ce soir…

Nemost ouvre les hostilités avec un Death Metal énervé, accentué de touches Prog et atmosphériques, qui traverse avec une facilité déconcertante les entrailles des afficionados du genre présents ce soir. Si Arnold assure sa fonction de meneur de troupe en proposant un mélange de chant clair et crié, les musiciens qui l’accompagnent assurent à leur façon les parties instrumentales qui montent en puissance tout le long du set. Les pogoteurs s’en donnent à cœur joie sur certains morceaux et le sol commence à trembler sous nos pieds, en accord avec le rythme acidulé des guitaristes et du bassiste qui sont naturellement chauffés à bloc. Mais il clair que cette énergie serait moins explosive sans la présence d’une batterie qui n’en finit plus de blaster, pour la plus grande joie de leurs fans venus nombreux ce soir.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est au tour de Malemort d’électriser la salle pour une deuxième partie de show encore plus vigoureuse, mise en avant par le charismatique Xavier aux commandes d’une formation plus que motivée à en découdre avec une salle pas tout à fait remplie, mais presque. Côté fosse, ça bouge pas mal et il ne faut pas avoir peur d’être entraîné de force dans la folie des pogos. Je suis bien trop vieille pour ces bêtises, du coup j’admire de loin la prestation du combo francilien qui n’a pas fini de faire ses preuves en live. Car même à l’autre bout du monde, Malemort est un groupe qui sait initier les amateurs du Metal dans n’importe quelle circonstance et c’est ça qu’est bon !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour terminer cette petite sauterie en bonne et due forme, il y a Acyl, formation franco-algérienne qu’on ne présente plus. Bien qu’on les ait déjà vu de nombreuses fois en live, on ne s’en lasse pas ! Ce groupe a pour originalité de mélanger du Metal « standard » avec des instruments traditionnels orientaux comme pour ne jamais oublier leurs origines et ça fonctionne ! Et plus tôt deux fois qu’une ! Toujours aussi souriants et avenants sur scène, c’est toujours un plaisir de venir les soutenir dans une salle obscure. Acyl est à mon sens, plus qu’un groupe mais c’est un très bon moment de partage où tout le monde y trouve son compte. C’est toujours un peu drôle de voir la tête, remplie de questionnements, de certains spectateurs lorsque Amine et ses comparses présentent leurs instruments exotiques et que finalement ils kiffent bien le son que ça envoie !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Avec un plateau aussi cohérent et des set-list bien ficelées, il ne m’en faut pas moins pour affirmer que je viens de passer une excellente soirée à La Boule Noire, encore… Et puisque je suis légèrement droguée au son de Malemort, je pars les suivre à Nantes très bientôt ! Mais ceci est une histoire qui sera racontée un autre jour…

Photographie : Deuskin Photography

Eldricht Tales

A propos de Izzy

C’est l’histoire d’une fille qui n’a pas toute sa tête… Passionnée d’arts graphiques et de littérature fantastique, issue de diverses formations artistiques et amoureuse de la musique depuis belle lurette, elle cherche à faire partager ses passions à travers des productions de concerts. C’est ainsi qu’en 2012 elle crée une association de production de concerts indépendante sur la capitale, Extrême Factory. En parallèle, elle est chroniqueuse pour différents webzines musicaux et commence ainsi une carrière de schizophrène mélomane.

Lisez aussi

Kataklysm + Hypocrisy + The Spirit – La Machine du Moulin Rouge – Paris – 3/11/2018

Quand on se promène à Pigalle un samedi soir, on pourrait s’imaginer aisément que chaque …

Nightmares Reign – Deathrite

Les allemands de Deathrite sont de retour avec un nouvel opus : Nightmares Reign. Après l’excellent …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *