Home / Divers / 7ème Festival du Jeu de Rôle de Kaysersberg

7ème Festival du Jeu de Rôle de Kaysersberg

À l’occasion de l’ouverture de la section «jeux» de son site, Mythologica est parti dans l’Est de la France à la rencontre de Monsieur Gérôme Gaudel, de l’Association Nickel, qui chapeaute le Festival du Jeu de Rôle de Kaysersberg en Alsace (Haut-Rhin)

 Mythologica: Bonjour, quelques mots sur vous pour commencer?

Gérôme Gaudel: Bonjour Mythologica, pour faire court je suis en dernière année de formation d’éducateur spécialisée et j’ai 24 ans. Ce qui fait que j’ai passé la moitié de ma vie dans le jeu de rôle. Pour le reste, je fais certainement partie du cliché du rôliste, j’adore la littérature fantastique, les jeux de société et je pratique à mes heures perdues l’équitation et l’escrime.

 

M: En tant que président de l’Association Nickel, pouvez-nous nous parler de sa genèse?

G.G.: L’Association Nickel est née en 2009 suite à la réussite du Festival du jeu de rôle. Au départ l’idée est née en 2005 lorsque l’Office du Tourisme a contacté une petite association de la vallée dont j’étais président à l’époque. Les trois premières éditions du Festival ont été réalisées par le biais de l’Office de Tourisme et avec le concours d’une coalition d’associations alsaciennes. L’événement prenant de l’ampleur, les organisateurs ont décidé de créer l’Association Nickel.

M: Quel est son but initial?

G.G.: D’organiser le Festival du jeu de rôle et de faire découvrir le jeu de rôle sous toutes ses formes afin de démystifier son image. Depuis sa création Nickel est épaulé par l’Office de Tourisme de la vallée de Kaysersberg, et cette année nous apprenons à voler de nos propres ailes.

M: En 2012, le Festival souffle sa septième bougie, preuve que le jeu de rôle s’affiche de plus en plus comme un loisir ludique. Comment le «grand public» le perçoit-il?

G.G.: Nous n’arrêtons pas d’évoluer, de transformer la formule du Festival. Nous prenons en compte les remarques et les idées d’améliorations qui nous sont soumises. Nous avons beaucoup de projets en attente, certains très gros, qui demanderaient beaucoup plus de bras que ce que nous possédons actuellement.

Tout cela nous permet d’adapter et de proposer un événement de plus en plus complet.

Au début ça n’a pas été facile, notamment avec les habitants de la vallée. Il faut les comprendre car voir des hordes d’orcs, de barbares et autres chevaliers investir une ville, ce n’est pas évident. Désormais nous faisons partie intégrante du décor de Kaysersberg. Nous avons des partenariats avec des commerçants de la vallée et les gens attendent le Festival! Le grand public a su changer son regard sur nos pratiques ludiques.

M: Le Festival permet au plus grand nombre de mieux appréhender le jeu de rôle sous toutes ses formes (sur table, en grandeur nature, etc.). Pensez-vous que ce loisir soit tant méconnu du public?

G.G.: À mon sens le jeu de rôle était méconnu. Les premières années du Festival les gens ont découvert le jeu de rôle par hasard dans les rues de Kaysersberg. Depuis un ou deux ans les gens viennent en famille sur le Festival pour découvrir cet univers. Pour moi, il s’agit d’une grande évolution.

M: Justement, quels sont les retours des Festival précédents? Voyez-vous les curieux des années précédentes revenir en tant que joueurs?

G.G.: Évidemment chaque année des curieux reviennent, et nous montrent les costumes ou les armes qu’ils ont fabriqué en vue du Festival. Nous avons initié des personnes, tissé des liens d’amitiés et le Festival c’est aussi ça, permettre aux gens de se rencontrer, d’échanger et de partager.

Après le contexte culturel actuel nous aide beaucoup aussi. Je parle là des films comme Le seigneur des anneaux, de la montée des jeux vidéo en ligne notamment les RPG (Rôle Playing Game) comme World of Warcraft ou encore Skyrim et la volonté des maisons d’édition de jeu de rôle de vouloir toucher un nouveau public en publiant des jeux comme Dungeon & Dragon v.4 ou Les Chroniques oubliées. Tous ces supports familiarisent le grand public avec nos univers fantastiques et le jeu de rôle fait moins peur et devient plus accessible.

M: Quelles seront les nouveautés de ce septième Festival? Pouvez-vous rappeler les dates et les horaires pour nos lecteurs?

G.G.: La septième édition du Festival se tiendra à partir du samedi 14 avril à 13h jusqu’au dimanche 15 avril 18h à Kaysersberg. Cette année, les visiteurs vont avoir affaire à des conflits politiques entre deux mages qui se disputent notamment sur le jour le plus propice pour manger de la saucisse. Nous allons également accueillir des grands noms du jeu de rôle tel que le Jeu de Rôle Magazine ou les créateurs des Ombres d’Esteren, des nouveaux marchands comme l’Atelier d’Akinra spécialiste du cuir, ainsi que l’association Les dés and Gentleman qui nous concocte une animation Trollball. Mais je vais tout de même garder quelques secrets…

En revanche, d’autres informations sont disponibles sur notre site internet  (http://assonickel.jimdo.com/) et notamment les horaires spécifiques aux différentes animations.

M: Comment participer au Festival? Recherchez-vous des Meneurs de Jeux ou d’autres partenaires?

G.G.: Celles et ceux qui souhaitent participer on juste besoin de venir à Kaysersberg. Toutes nos animations sont gratuites et s’adressent aux petits comme aux grands.

Bien sûr nous sommes toujours à la recherche de nouveaux partenaires, particuliers comme associatifs. Plus on est de fou plus on rit! Cela nous permettrait d’agrandir le Festival et de proposer de plus en plus d’activités. Pour nous rejoindre dans l’aventure du Festival du jeu de rôle il suffit de nous contacter via le site web ou directement lors de la manifestation.

L’événement vit grâce à 80 bénévoles qui travaillent durant toute l’année pour que le Festival puisse exister, mais il ne serait rien sans les visiteurs de plus en plus nombreux que nous accueillons chaque année.

M: Merci de vous être prêté à ce petit «jeu» de l’interview.

G.G.: Merci à vous de m’avoir proposé de «jouer» avec vous.

A propos de Indy

Adorant s’évader par la lecture et l’écriture, Indy affectionne tout particulièrement la Fantasy, la Science-fiction et le Fantastique. Sa rencontre avec les Jeux de Rôles durant son adolescence a développé en lui une fibre créatrice de mondes comme de personnages. C’est donc presque naturellement qu’il est passé de la rédaction de scénarios, à l’écriture de nouvelles, puis de romans. D’abord dans la Fantasy, en exploitant le monde sorti de son imagination pour les besoins des jeux, puis dans la Science-fiction en développant autour d’un personnage picaresque.

Lisez aussi

Out Of Time – Until The Uprising

Until The Uprising est un groupe de métal niçois qui propose son tout dernier album, …

Deux concerts exceptionnels de Dream Theater à Paris !

Lundi, Dream Theater vient d’annoncer une tournée qui passera par les principales capitales européennes à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *