Entretien avec Lou et Madeleine de Toybloïd

Toybloïd est l’une des formations montante du punk-rock français. Leur nouvel album Modern Love obtient d’excellents retours tant des fans que de la presse, et j’ai donc posé quelques questions à Lou et Madeleine, respectivement guitariste/chanteuse et bassiste/choriste du groupe.

Bonjour, et merci de prendre le temps de répondre à ces quelques questions. Pouvez-vous tout d’abord vous présenter et nous expliquer ce que vous faites dans Toybloïd?

Lou: Salut je suis Lou chanteuse et guitariste de Toybloïd

Madeleine : et Madeleine bassiste choriste, il y a aussi Greg à la batterie !

Comment définiriez-vous le groupe et sa musique pour quelqu’un qui ne vous connaît pas ?

Lou: Deux filles et un garçons sur scène, on aime les grosses disto, les gros riffs et la grosse caisse. On braye en anglais, on essaye de chanter des mélodies qui te restent dans la tête et on aime faire vibrer les murs avec nos guitares.

Pourquoi ce nom de Toybloïd, qui paraît surprenant au vu de la musique que vous faites ?

Lou: Il y a que nous dans le monde qui s’appelle comme ça. C’est sorti tout droit de la tête de Madeleine quand elle était petiote.

Madeleine : Ah c’est marrant je m’étais jamais demandé si notre nom collait à notre musique ! Je serais curieuse de savoir pourquoi tu as été surpris, peut être que ça fait plus nom de groupe pour enfants ?

Comment est-ce que vous en êtes venu à la musique, et plus particulièrement au rock ?

Lou : À force d’écouter et d’envier des groupes comme L7, The Subways et Blood Red Shoes.

Madeleine : Moi je voulais faire comme mes frères, et sauter partout sur scène comme Trent Reznor ou  les mecs de Sum41.

Donc Modern Love est le nouvel album du groupe. Comment s’est passé le travail dessus ? Qui compose la musique ? Et surtout quelles sont vos influences ?

Lou : On a commencé à composer en 2018 et on a sorti petit à petit des singles jusqu’a la sortie. On a enregistré chacun nos parties dans différents studios. Ça pris du temps et c’était nécessaire pour le peaufiner. Pour la composition en général j’arrive en répétition avec une chanson et greg et madeleine m’aident à l’améliorer.

Madeleine : Le processus a été ultra différent de celui du 1er album qui a été fait en 10 jours dans un studio analogique , tous dans la même pièce, avec quasi que des prises live. Cette fois on voulait prendre notre temps, et ajouter autant de couches de guitares qu’on voulait !
Je dirais que cet album a été influencé par Nova Twins, Dandy Warhols, SWMRS… et globalement tout le rock des années 2000.

Quelle est votre morceau préféré de l’album et pourquoi ?

Lou : c’est beaucoup trop dur à choisir parce que je suis très heureuse du rendu de chaque morceau.

Madeleine : Ouais ça c’est toujours la question impossible. Je dirais juste que je suis très contente que le morceau Shiny Kid soit sur cet album car il touche un sujet très perso qui me tient beaucoup à cœur et m’a fait du bien. Mais je les aime tous d’amour.

Comment s’est fait le travail sur la pochette, avec ce couple a priori lesbien qui entre totalement dans la thématique du « modern love » ?

Lou : C’était un très beau moment, elles ont tout de suite accepté et tout s’est fait très vite. On avait envie d’une photo coup de poing et qui représente des corps trop peu représentés.

Madeleine : Avant cette photo on avait prévu une autre pochette, mais pour des raisons idiotes on n’a finalement pas pu l’utiliser. Lou a alors eu cette superbe idée de demander à Miss Botero et Panic Miles de s’embrasser, la séance photo a dû durer 20 mins maximum, ça a été fluide et beau immédiatement. Merci à notre amie Eva Quillec qui a su attraper ce moment hyper rapidement.

Vous avez la possibilité de faire la première partie d’un groupe, mort ou vivant, ça serait lequel ?

Lou : Joan Jett!

Madeleine : BEYONCE

Vous avez déjà sorti trois clips pour cet album. Ce n’est pas trop dur de passer de la scène à la caméra ? Comment est-ce que vous gérez de devoir faire semblant de jouer ?

Lou : C’est un tout autre travail, il faut redoubler d’idées et savoir organiser un tournage de clip sans rien oublier. Et pour faire semblant de jouer ça va c’est du lip sync donc si jamais tu oublies les paroles tu dis juste “ WATERMELON MOTHER FUCKER” et ça passe 😉

Madeleine : C’est vrai que c’est jamais évident de faire du playback, en général on est dans des conditions où on peut pas blaster le morceau à volume 1000, donc faut avoir l’air énergique en n’étant pas branché et en écoutant le morceau pas fort du tout héhé !

Quel est votre pire souvenir sur scène ?

Lou : J’avais plus de son sur ma guitare pendant le dernier morceau quand on a fait la première partie d’Indochine à Bercy. Ça m’a rendu trop triste de terminer le concert comme ça.

Madeleine : C’est vrai que ce moment a été difficile, parce que je voyais Lou en train de vivre un ascenseur émotionnel de dingue et je savais pas du tout comment l’aider… Mais ce concert reste tout de même un souvenir magique !

Merci et à très bientôt j’espère !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *