Egosphere – Rãgarãja

Cette fin d’année est assez riche pour le Metal français. Ce sont cette fois aux parisiens de Rãgarãja de proposer leur nouvel album, Egosphere. Après m’être entretenu avec eux je ne pouvais pas faire l’impasse d’une chronique de être nouveauté tant elle est excellente.

Une petite Intro à la fois mystique et martiale, puis c’est Premier Souffle qui vient inonder nos oreilles. Puissant, complexe, prenant. Tels sont les mots qui me viennent concernant ce morceau. Élément a noter car suffisamment rare pour être notable : le groupe chante en français. Et personnellement je trouve cela assez agréable : pas de problème d’accent, on comprend ce qui se dit, bref j’aime beaucoup. Vagabond vient ensuite se glisser doucement avec une rythmique initiale très saccadée avant que la violence, la colère ne surgisse de nouveau pour notre plus grand plaisir. Encore une piste de qualité qui a fait l’objet d’un clip, également. On continue autour de la notion de liberté avec Chrysalide. Personnellement j’apprécie particulièrement cette chanson à la fois pour ses rythmes et sa composition, mais également pour ses paroles mettant en avant la solitude par le repli sur soi. Il faut savoir que Rãgarãja apporte un soin tout particulier aux paroles des chansons avec une véritable thématique d’écriture. Tout est volontairement thématique et chaque mot est pesé avec attention, créant une poésie étonnante derrière la brutalité du chant. Martyr qui vient ensuite développe une rythmique plus violente, avec un poil moins de mélodie. Un peu moins fan mais la qualité d’écriture du texte rend l’ensemble encore plus qualitatif. Pornocratie vient développer l’un des problèmes de notre société de manière très intéressante notamment avec cette introduction que j’ai trouvée assez lascive avant le déchaînement.

On en vient ensuite à Egosphere, titre éponyme de l’album. De nouveau très efficace avec une composition de qualité et des paroles prenantes, on se trouve de nouveau face un excellent exemple de ce que le métal français peut produire aujourd’hui comme qualité. Fractale propose une rythmique plus rapide et l’on sent ici encore que les qualités de composition sont bien là. Petite remarque : sur cette piste la violence se fait moins immédiate, plus progressive et finalement cela passe très bien. Naufrage et Sarcophage restent dans la même veine avec à la fois des qualités de composition, de texte et de poésie qui sont vraiment bien mises en avant. Un bon duo de chansons. Singe Supreme vient conclure l’album et cette chanson surprend un peu initialement par ses rythmiques, mais bien vite on retrouve l’intensité et la brutalité de Rãgarãja pour notre plus grand plaisir.

Egosphere est une de mes grosses claques de cette rentrée. Alliant une composition complexe et impeccable avec des textes en français forts et poétiques, le groupe est parvenu à me convaincre et à m’entraîner au bout de cet album aux multiples facettes. Le metal français a encore visiblement beaucoup à dire et personnellement j’adore cette idée. Pas vous ?

Egosphere
Rãgarãja
2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *