Il y a encore quelques mois, le groupe Powerwolf m’était inconnu. Ma récente découverte du power métal, un genre musical qui satisfait tout à fait mes envies d’imaginaire, et leur future présence au Hellfest m’ont rendue curieuse.

Je me suis donc lancée dans l’écoute de l’un de leur lives, Blessed and Possessed Tour Edition.

De prime abord, j’ai beaucoup aimé la pochette du disque, digne des histoires qu’il promet. Cette pochette représente un loup immense aux yeux déments, dévoilant ses crocs et habillé en guenilles de moine. Il tient un crucifix dans une main et une épée sanglante dans l’autre.

L’image ainsi que le titre du live, Blessed and Possessed (Béni et Possédé en français), reflète parfaitement l’ambiance qui règne à travers ce concert : cet opus mélange de façon fascinante un certain respect pour la religion à des revendications beaucoup plus ténébreuses et démoniaques.

L’aspect religieux se retrouve beaucoup dans les paroles des chansons, évoquant souvent Dieu et les anges, mais aussi dans les sonorités que renvoie l’orgue.

Mais les textes des chansons sont aussi délicieusement hérétiques et puisent leur inspiration dans des invocations démoniaques, revendiquant des créatures souvent peu morales… Certains passages scandés rappellent des cérémonies aux accents de messes un peu noires… Pour autant, on n’y relève (heureusement) aucune incitation à la violence ni à la haine.

D’une manière générale, on sent que l’univers de Powerwolf déborde d’imagination : il foisonne de démons, d’anges, de loups garous et autres individus étranges, partant à l’assaut de l’humanité.

Cet aspect romanesque et l’ambiance surnaturelle qui y plane m’ont beaucoup plu.

Mais ce CD est avant tout un live, ce qui a bien sûr son importance.

On sent tout au long du concert le lien qui existe entre Powerwof et son public : le chanteur interagit avec l’audience entre chaque chanson ou presque, visiblement pour le plus grand bonheur de ses fans.

À de nombreux moments, il encourage également son public à chanter sur certains refrains ou passages, ce qui dynamise beaucoup l’ensemble. Même sans connaître les chansons de ce groupe, je me suis laissé entraîner par cette ambiance électrique, et j’avais envie de chanter avec eux.

Le seul petit bémol réside selon moi dans une certaine uniformité, ce qui est bien sûr important quant à la cohérence musicale du groupe, mais parfois j’avais un peu l’impression qu’ils avaient du mal à se renouveler.

Certaines chansons m’ont bien sûr particulièrement plu : je retiens notamment We drink your blood, Werewolves of Armenia ou encore All you can bleed, mais surtout le morceau Sanctified with dynamite, que je risque d’écouter en boucle pendant un moment !

Powerwolf est donc une très bonne découverte, et ce CD live m’a donné d’autant plus envie d’aller les voir en concerts.

Blessed and Possessed Tour Edition
Powerwolf
Napalm Records
2017