Pain of Salvation nous revient avec un album endiablé à souhait (leur neuvième sorti des studios), avant d’entamer leur tournée. Avec In The Passing Light of Day les fans devraient être plus que ravis. Bienvenue dans l’univers étrange et mélodique de ce groupe suédois. Suivez-moi à leur découverte…

La pochette de l’album est assez réussie avec cet homme de dos et cet enfant qui lui dessine un soleil sur le dos. Évocateur et inspirant, il prépare parfaitement à l’écoute. Celle-ci débute avec On a Tuesday. Tout de suite on se retrouve immergé dans l’univers du groupe et le refrain est particulièrement bon ici. Le changement rythme inattendu en cours de morceau, comme s’il s’agissait d’une toute autre piste est particulièrement intéressante et propose quelque chose qui change vraiment des habitudes musicales actuelles. Une belle entrée en matière qui promet énormément pour la suite. Tongue of God vient ensuite nous mettre son ambiance plus sombre dans les oreilles. Une rythmique intéressante et le chant de Daniel Gildenlöw nous mettent en condition pour la suite. Meaningless nous prend alors à son tour à contre-pied en proposant un son très doux, et pourtant empli d’une force intérieure surprenante. Silent Gold nous propose à nouveau un rythme un peu bâtard et pourtant ô combien séduisant, posé et agréable. Full Throttle Tribe nous en remet plein les oreilles notamment grâce à une batterie omniprésente de bout en bout. Cassures et changements de rythmes sont au rendez-vous ici, montrant que Pain of Salvation est bel et bien un OVNI de la scène metal actuelle, pour notre plus grand plaisir.

Reasons vient ensuite en remettre une couche en proposant quelque chose de très haché elle aussi. Cette chanson n’en reste pas moins intéressante et prenante. Angels of Broken Things propose une rythmique beaucoup plus saccadée tandis que le chant est plus lent, créant un contrepoint intéressant aux pistes précédentes. The Taming of a Beast vient ensuite poursuivre cette ambiance posée et cette rythmique saccadée mais lente dirigée par la batterie et auxquels tous les instruments se plient. Le refrain est vraiment bien réalise et composé pour le coup. If This Is The End alterne les rythmes et revient à quelque chose de plus énergique tandis que The Passing Light of Day conclue le tout de belle manière. Mélancolique mais prenante, cette chanson m’a vraiment convaincu de bout en bout, comme l’album dans son ensemble.

In The Passing Light of Day est un de ces albums qui confirme que Pain of Salvation est un grand groupe de rock-metal alternatif. Passionnant de bout en bout cette écoute devrait vraiment beaucoup plaire aux auditeurs, en tous cas moi je suis conquis. Et en plus il passent à Paris au printemps, de quoi ravir les fans !

The Passing Light of Day
Pain of Salvation
InsideOut Music
2016