Morten Veland et Sirenia nous reviennent en cette fin d’année avec un tout nouvel album, visant entre autres à présenter leur nouvelle chanteuse : Emmanuelle Zoldan, chanteuse française. Une nouvelle chanteuse signifie donc de gros changements dans le groupe et la perte d’un certain nombre de fans (enfin bien souvent). Cela sera-t-il le cas ici ? Il est temps de le vérifier.

La pochette de l’album est juste magnifique, un petit bijou de graphisme gothique et épuré, parfaitement dans la veine des univers proposés par le groupe. On entame l’écoute avec Goddess of the Sea, qui pose clairement Emmanuelle Zoldan comme la nouvelle vocalisée et nous démontre tout son talent. Point de vue composition on reste dans du Sirenia assez classique, efficace et bien fait. On retrouve donc presque un ensemble connu et tout redevient douillet pour le fan que je suis. Dim Days of Dolor parvient ensuite à nous proposer quelque chose de plus rythme, plus aérien. Une franche réussite à nouveau. The 12th Hour tombe plus dans le sympho, le tout pour un résultat fort réussi également. Un tiers de l’album et aucune déception en vue, serait-on à Noël ? Le rythme plus énergique de Treasure n’ Treasons résonne et en tant qu’amateur de ce groupe je prends mon pied. Le morceau suivant, Cloud Nine propose une véritable ambiance avant de faire résonner les instruments et les chœurs en fond sont du plus bel effet, mettant la voix d’Emmanuelle en valeur.

Avec Veil of Winter on tombe sur un excellent morceau mettant un diptyque de voix en avant notamment sur le refrain et ça envoie vraiment du lourd. Un bon rythme, une composition au poil, tout est là pour que ça fonctionne. Ashes to Ashes est typiquement le genre de titre fait pour vendre du rêve aux fans. Plus heavy, dotée de claviers omniprésents et d’un rythmique parfaitement étudiée, cette piste invite au headbang bien comme il faut. L’ambiance de Elusive Sun est une franche réussite également avec une suite du plus belle effet, faisant la part belle aux guitares notamment. On arrive sur la fin de l’album avec Playing With Fire, Fifth Column et Aeon’s Embrace, trois morceaux typiques de la musique de Sirenia, fait pour les fans afin de conclure ce nouvel album de belle manière.

Dim Days of Dolor est un de ces albums par lequel le groupe présente une nouvelle vocaliser en montrant de quelle manière celle-ci va se fondre sans difficulté dans le moule du groupe et de son ambiance. Et de ce point de vue je dois dire qu’Emmanuelle Zoldan sur ce qu’elle fait et le fait bien. Les fans du groupe d’origine norvégienne devraient doc particulièrement aimer. Pour eux qui n’aiment pas le sympho passez toutefois votre chemin car Sirenia reste Sirenia : du bon metal sympho bien joué, bien construit et bien chanté…

Dim Days of Dolor
Sirenia
Napalm Records
2016