Draconian_SovranLes suédois de Draconian reviennent, et ils en veulent encore plus ! Sovran est une pure claque en pleine tronche, un grand moment de musique métal. Sur dix titres ils vont vous proposer un métal qui déménage, à la fois mystique, gothique, inquiétant, prenant. Entrez dans cet univers particulier, vous en repartirez changés…

La pochette est finalement assez classique et figurative, dans le style d’une estampe japonaise. On sent d’ores et déjà le mystique qui se dégage de l’ensemble et la musique qui débute ne va pas nous dire le contraire. Heavy Lies the Crown débute l’album de fort belle manière, avec ses accords de guitares lourds, vite enchaînés avec une batterie et une basse bien présentes. Pour l’instant, de base, c’est du très bon. S’ensuit le chant d’Heike Langhans, qui vient d’arriver dans le groupe, et de Anders Jacobson. Ce premier morceau donne immédiatement le ton et je dois dire qu’on ne le regrette pas du tout : c’est excellent, entraînant, rien à redire. Les morceaux s’enchaînent ensuite et restent sensiblement dans la même veine. The Wretched Tie, Stellar Tombs, Dusk Mariner, autant de moments vraiment forts dans cet album. Il est vraiment difficile de faire du morceau à morceau sur des albums aussi complets, aussi aboutis, car tout s’emboîte tellement fabuleusement que chaque chanson n’est plus indépendante mais bel et bien membre d’un ensemble.

Et c’est le cas ici même si je vous citerais mon morceau préféré, Dishearten. Sur celui-ci je trouve que les voix se mêlent de manière encore plus parfaite, que la musique accompagne encore mieux l’ensemble. Le bref solo de guitare, signé Johan Ericson, suivi des éléments parlés rend le tout encore plus séduisant, vous susurrant une histoire au creux de l’oreille avec talent.

Vous l’aurez compris, je suis tombé follement amoureux de la musique de Draconian et de la voix enchanteresse d’Heike Langhans. Voici un petit exemple qui devrait achever de convaincre les amateurs de metal, si mon discours emballé ne vous a pas suffit…

Sovran

Draconian
Naplam Records
2015