extinct-moospellLe dernier album de Moonspell vient de sortir et je vous le donne en mille : c’est une tuerie ! Pas forcément exempte de défauts mais il nous propose quelques morceaux d’anthologie.

La pochette est dans la veine de ce qu’a déjà proposé le groupe : sombre, gothique, violent mais correspondant terriblement bien à leur musique.

Breathe est le premier morceau de ce nouvel album et il met de suite les points sur les i : le groupe est à son meilleur niveau. Voix sombre, guitares saturées, rythme entraînant, tout est là pour que dès le début l’auditeur se sente vraiment embarqué dans l’univers profondément gothique du groupe. Alternant le refrain plus entraînant et des couplets vraiment dark c’est vraiment l’une des meilleures entrées en matière que j’ai eu l’occasion d’écouter depuis longtemps. S’ensuit Extinct, morceau éponyme, qui nous emporte une fois de plus sur de nouveaux rivages fort bien rythmés. Du très très beau boulot musical et tout simplement le meilleur morceau de l’album selon moi, et je vais d’ailleurs vous placer le clip ci-dessous. Medusalem vient ensuite nous surprendre avec ses premiers sons très orientaux avant que la guitare, violente, rythmée, viennent nous emmener dans un road-trip musical. Sur cette piste on se voit très bien conduire à fond de train sur une route déserte en pleine nuit. Vraiment un très très bon moment musical. Domina m’a un poil moins séduit car j’ai trouvé l’aspect ballade dark un peu facile même si la voix de Fernando Ribeiro et les quelques envolées lyriques sont particulièrement sympathiques. The Last of us nous replonge dans le sérieux avec un son très lourd, bien pensé, où les ruptures de rythmes sont bien amenées. Le refrain est également très bien conçu. Ce morceau entre clairement dans le top 4 de ceux de cet album.

Malignia nous permet de dépasser la moitié de Extinct. Avec son son vraiment alourdi par les guitares et les choeurs, radouçi par un couplet tout en ténèbres, le morceau est vraiment bon et dans la veine de ce que propose le groupe sur cet album. Un très bon moment d’écoute. Vient ensuite Funeral Bloom avec sa rythmique très rapide et ses paroles presque d’outre-tombe. Un peu dans la même veine roadtrip que Medusalem, si ce n’est que les envolées musicales sont encore meilleures. A Dying Brees commence comme une ballade épique avant de reprendre le même type de son de basse lourd et de guitares que les précédents morceaux. Sur l’organisation globale de l’album il se trouve dans la suite directe de la piste précédente, à ceci près qu’il est peu plus grave sur les refrains. The Future Is Dark est la dernière véritable piste de Extinct et le moins que l’on puisse dire c’est que ce morceau lent, doux, et pourtant terriblement séducteur parvient à nous enjôler et à terminer magnifiquement l’une des meilleures productions de ce début d’année 2015. La Baphomette est mon moment WTF de l’album. Que vient faire cette chanson, presque une contine, sombre et gothique, en français à la fin d’un album aussi réussi ? Je vous rassure je n’ai pas compris donc si vous avez l’explication dites-moi. Même si cette chanson n’est pas mal je n’ai juste pas vu son intérêt ici. Mon gros point noir de l’album : finir sur une telle chanson…

Extinct, vous l’aurez compris dès les premières lignes a su plus que me séduire. Album d’excellente qualité, doté d’une réalisation soignée et d’excellents musiciens, il devrait plaire à la fois au fans du groupe mais également faire plaisir à ceux qui affectionnent le gothic metal sans encore connaître Moonspell.

Extinct
Moonspell
Napalm Records

2015