Etuis Carnoplaste [500 x 500]C’est le rituel : à l’entame de l’été, on commence à voir fleurir des sondages sur les intentions de lecture. Souvent, comme cela a été le cas pour celui publié au mois de mai dans Direct-Matin, le polar l’emporte, la science-fiction vient en dernier. Ce sondage ne portait hélas que sur un micro-échantillon de mille personnes et n’incluait aucun des lecteurs de cet article, lesquels, c’est évident, planent très haut au-dessus de cette « France-d’en-bas » qui confesse sans honte aucune son appétence trouble pour les mauvais genres. Car il y a mieux, bien mieux que cela. Et le bien mieux que cela, cela s’appelle les étuis du Carnoplaste.

De la littérature en étuis ! Moins toxique que les cigarettes, mais plus hallucinogène que le cannabis ou les champignons sud-américains dealés par votre votre animateur de catéchisme ou votre vieille prof de latin-grec. Moins calorique que ces biscuits en « étui fraîcheur » vantés par des publicitaires en mal d’invention, mais plus nourrissante sur le plan spirituel. Moins cancérigène que ces havanes de chez Montecristo ou Pedro Ramirez Croustifiador y Bolivar que d’aucuns tirent avec une ostentation détestable de leur étui humidificateur, mais nettement plus original. On le devine : il y a en aura bien quelques-uns qui, au moins une fois dans leur vie, pour les vacances d’été, vont opter pour la véritable classe.

N’hésitez pas à faire la différence dès le premier trajet de vos vacances. Dans le train, dans l’avion, dans le paquebot, dans le dirigeable, démarquez-vous des pauvres bouffons penchés sur leur smartphone, des guenons hystériques avec leurs essemèsses, des gosses figés sur leur console portative pour trépanés congénitaux. Planez tel un aigle au-dessus de cette fange d’humanité dégénérée et de ses prothèses d’images et de lumière, de sa cosmétique d’occupations sous-corticales et de ses gadgets lobotomisants. On dit que la classe est naturelle, innée, héréditaire. Certes, mais elle se travaille, se cultive, se développe, et elle s’achète aussi un peu – les étuis carnoplastiques en sont la preuve.

Qu’on en juge ! Des fascicules à l’ancienne par paquets de cinq, le format prestigieux des temps passés, ce papier sobre, ni glacé ni rehaussé de vernis sélectif, aux antipodes du clinquant putassier contemporain, ces illustrations de couverture qui fleurent bon l’époque où les auteurs savaient encore écrire … et où les honnêtes gens savaient encore lire des ouvrages de qualité !

Pour vos vacances, n’hésitez pas à vous abandonner à la classe à l’état pur ! Qu’on en juge ! Un titre comme « Bela Bartok contre la veuve noir du Führer » signe à coup sûr le lettré et l’esthète, bien loin du pauvre diable qui s’obstine à relire d’un bout à l’autre de l’été les œuvres complètes de Marcel Proust. Un ouvrage comme « Jeanne d’Arc contre le maître des vampires » vous démarquera d’un bas peuple incapable de comprendre la vulgarité qu’il y a à se replonger dans les œuvres de seconds couteaux comme Balzac, Flaubert, Schopenhaueur et autres Wittgenstein. Osez le raffinement ! À Stendhal et sa « Chartreuse de Parme » opposez sans vergogne « Ravageuse » et « La Mariée était en fuite » ! Au classique surfait de Chateaubriand qu’est la « Vie de Rancé » préférez « La Mort aux tentacules de poussière » de Robert Darvel ! Face aux mémoires de Thérèse d’Avila, faites valoir le mysticisme échevelé de « La Pieuvre carnivore de Santa Zanya » !

N’insistons pas : on aura compris que l’érudit, l’homme de goût, l’amoureux de la véritable culture, l’amateur de discrétion subtile et de sensibilité pure a enfin trouvé ce qui lui convient. Le lecteur intéressé par les fascicules de Carnoplaste en saura plus en cliquant sur les liens ci-dessous :

Le site du Carnoplaste :
http://lecarnoplaste.fr/

Les éditions Le Carnoplaste sur eMaginarock :
« Les Porteurs de deuil » par Robert Darvel
http://www.emaginarock.fr/les-porteurs-de-deuil-robert-darvel/
« Revoir Rome », par Tristan Lhomme
http://www.emaginarock.fr/revoir-rome-tristan-lhomme/
« La Mort aux tentacules de poussière » de Robert Darvel
http://www.emaginarock.fr/la-mort-aux-tentacules-de-poussiere-robert-darvel/