BlizzardMnémos a pour habitude de produire de la fantasy française de bonne qualité, de bons textes emportant le lecteur loin de son quotidien. C’est une fois de plus le cas avec Blizzard, que l’on doit à un auteur de thriller, Pierre Gaudin. Ce roman est un peu atypique et cela sur plusieurs points que je vais vous aexpliciter maintenant…

Commençons avec la couverture. Le travail de l’illustrateur/photographe n’est pas mauvais et change clairement de ce que l’on voit actuellement. Néanmoins je ne suis pas toujours grand fan de ce type d’univers graphique même si la réalisation finale de celui-ci est de bonne qualité. La présentation de l’éditeur par contre a su éveiller ma curiosité :

Dans le lointain Nord, tout autour d’une cahute, s’étendent à perte de vue forêts enneigées et pics glacés. Blizzard, l’un des rares magiciens survivant d’une guerre encore fraîche et son protégé Chasseur y vivent entre retraite et exil loin d’un royaume maintenant pacifié d’une main de fer par l’Inquisiteur. Jusqu’au jour où une redoutable phalange les attaque sans raison. Jusqu’au jour où la même troupe ravage entièrement le village de Iak, dresseur de tigre des glaces. Les voilà jetés sur les routes, consumés par le désir de vengeance et la volonté de comprendre. Leur périple les confrontera à des secrets qui ébranleront tout ce qu’ils croyaient savoir.

L’avantage de lire un auteur confirmé dont l’on découvre le premier roman de fantasy est qu’il y a une certaine fraîcheur dans son propos et dans sa plume qui permettent de redécouvrir le genre. C’est le cas pour Blizzard où l’on sent bien la patte de l’auteur de thriller avec des descriptions précises sans être interminables, mais aussi et surtout avec des ficelles du récit qui sont des plus travaillées. Car parfois en fantasy on tombe sur des transitions et des intrigues de qualité somme toute assez médiocre ou du moins redondantes.

Ici pas du tout, Pierre Gaulon nous offre un récit vivant. Ses personnages sont crédibles dans leur humanité, leur force et leur fragilité. Tout le début du récit tient d’ailleurs pratiquement uniquement sur eux, sur leur découverte au fil des pages, la compréhension de leur psychologie. Cela donne au récit un rythme assez lent au départ qui est loind ‘être désagréable à l’heure où la fantasy se résume souvent à de la course en avant vers un artefact quelconque. Mais même si il démarre lentement, dans la froidure et la neige, le récit n’en est pas pour autant pénible. L’intrigue se met en place douillettement, vient intriguer le lecteur qui ne voit pas trop où l’auteur veut en venir mais pourtant se laisse emmener sur les traces du mystère.

Les histoires de vengeance font souvent de bons romans de fantasy mais quand ils sont gérés de main de maître par un auteur plus habitué au rythme et au style des thrillers cela peut donner des choses étonnantes. Et cela n’a pas manqué avec celui-ci tant je me suis retrouvé immergé au cœur du récit. Aucun temps mort une fois plongé dedans, j’ai suivi le rythme de bout en bout séduit par la plume de Pierre Gaulon, qui nous peint des choses à la fois belles et terribles.

J’ai véritablement été séduit par ce roman qui a su me surprendre, m’ouvrir les portes d’un univers des plus rafraîchissants. Découvrir de tels textes en un début d’année ne peut qu’inspirer pour la suite de 2015. En tout cas Mnémos réussi encore un joli coup littéraire avec cet auteur qui arrive en fanfare sur la scène imaginaire française…

Blizzard
Le Secret des Esthètes T1
Pierre Gaulon
Mnémos
19 €