la voix de l'empereurMnémos a pour habitude de nous dégoter des petites perles littéraires et comme d’habitude le lecteur est séduit. Cela ne manque pas avec le premier roman de Nabil Ouali. Il nous propose de la fantasy finalement assez classique mais digne des plus grands. Partons à la découverte de l’imaginaire de ce nouvel auteur…

D’un point de vue technique le livre est magnifique : couverture cartonnée rigide, dorures, illustration simple mais classe, beau papier,… L’ensemble est donc très bien réalisé et donne une dimension au livre qu’il n’aurait pas eu sans ces atouts techniques : celle d’une petite merveille.

Voici l’histoire de quatre destins réunis au cœur d’un empire mourant. L’enfant du village gelé, le paladin hanté par un sombre secret, le prêtre émérite d’un ordre qu’il méprise, et le fils de l’empereur.

Dans les rues des cités fourmillantes ou les profondes forêts, chacun accomplit un voyage sur les routes de l’empire mais aussi dans les méandres de son être : quelles sont les ficelles que tire le clergé dans les coulisses ? Qui a tenté de tuer l’empereur et d’éteindre à jamais sa voix ? Sur le sentier escarpé qui mène au pouvoir, le chemin est infiniment plus important que le sommet.

Nabil Ouali a taillé cette aventure comme un diamant dont chaque face compose une légende belle et cruelle. L’auteur entrelace les destins pour mieux les déchirer à la manière d’une Robin Hobb, avec un raffinement et une profondeur qui le placent d’entrée dans le sillage des meilleurs auteurs de fantasy.

Nabil Ouali réussit une véritable prouesse avec ce roman : maintenir le lecteur immergé dans son histoire alors qu’il démultiplie les pistes et les fils de sa toile. Privilégiant l’intrigue à l’action brute, il parvient à esquisser les premières trames d’une fresque fantasy à la hauteur de ses ambitions. Suivre les différents destins pousse le lecteur à s’attacher à certains personnages, à en détester d’autres, créant ainsi un véritable affect autour de ceux qui sont sortis de son imagination.

La plume de Nabil Ouali le place directement parmi les meilleurs auteurs de fantasy français tant son style est précis, agréable à lire et pourtant terriblement littéraire. C’est finalement assez rafraîchissant de lire un roman où l’auteur ne place pas son action au-dessus du style, mais les place sur un pied d’égalité afin de faire profiter le lecteur à la fois d’une belle plume et d’un scénario passionnant et immersif.

Certains reprocheront toutefois à La Voix de l’Empereur un trop grand classicisme car on sent bien les références littéraires qu’a pu avoir l’auteur. Qu’il s’agisse de Robin Hobb, David Gemmell, Georges R.R. Martin, les plus grands noms figurent visiblement dans cette bibliographie et cela pour notre plus grand plaisir. Malgré tout Nabil Ouali peine un peu à s’en éloigner mais cela est-il vraiment si grave ? Au fil des pages l’ensemble n’en est pas moins enchanteur, invitant le lecteur au voyage et c’est bien cela le plus important.

La Voix de l’Empereur réussi l’exploit d’être l’un des romans phares de la fin d’année de Mnémos tout en tenant ses promesses. Littéraire, immersif, passionnant, intrigant, sont autant de mots que l’on peut employer au sujet de ce roman aux multiples facettes qui a su, à l’aide d’un twist scénaristique fort réussi me donner envie de me jeter sur le second tome dès sa sortie. À découvrir d’urgence car il s’agit vraiment de la révélation fantasy de cette fin d’année…

La Voix de l’Empereur
Le Corbeau et la Torche T1
Nabil Ouali
Mnémos

21 €