livre-l-imperatrice-de-mijak-408-0Esclave, Fulie est née dans un monde cruel où règne la toute-puissance des hauts émissaires, conseillers religieux des seigneurs de guerre du royaume de Mijak. Lorsque le riche marchand Abajai, frappé par sa beauté, l’achète et la prend sous sa protection, Fulie sait que le dieu unique lui offre sa chance. Elle apprend à parler, découvre le monde et s’éprend éperdument de son maître. Quand elle comprend qu’Abajai l’a préparée pour la revendre au plus offrant, Fulie, folle de rage, s’échappe, portée par la voix de son dieu : le temps de la servitude est révolu. Voici son histoire.

L’illustration de couverture par Pascal Casolari est superbe avec un juste portrait du personnage. La couverture est sobre et invite à faire la rencontre de cette inquiétante reine.

Ce premier tome interminable de 794 pages n’est certainement pas une bonne entrée en matière dans la nouvelle saga de Karen Miller. Trop longue, trop lente, trop molle, cette histoire n’a rien pour elle ! L’ensemble du roman manque cruellement de péripéties ; beaucoup d’informations passent par des dialogues longs et sans saveur.

J’ai trouvé l’univers peu développé malgré une carte en ouverture qui laissait rêveur. Les lieux sont très restreints et surtout très peu décrits ce qui empêche une immersion totale.

Les aventures et l’évolution de Fulie ne sont pas intéressantes voir carrément ennuyeuses. L’enfant sauvage et renfermée se transforme en une impératrice cruelle et agressive. Du début à la fin, impossible de s’identifier au personnage principal ! Elle ne possède que des défauts et ne semblent pas vouloir s’élever intellectuellement, juste socialement. Ses relations avec les personnages secondaires sont insignifiantes. A part Abajai, les autres personnages du roman manquent de charisme et d’envergure.

Dans l’ensemble, les combats sont trop sanglants. Les descriptions manquent de subtilité et de lyrisme. A force de décrire des tendons de mains arrachés par les ennemis, la guerre prend une tournure banale. Au final, tout ça est bien ennuyeux.

CONCLUSION

L’impératrice de Mijak est un premier tome décevant et insipide. Une lecture laborieuse avec une intrigue trop longue et peu palpitante. Espérons que le second tome soit plus agréable…

L’impératrice de Mijak
Les Seigneurs de Guerre T1
Karen Miller
Illustration de couverture: Pascal Casolari
Éditions Pocket

10,50 €