Abandonné par Martinez et Shumpert, le Gouverneur erre seul le long des routes après avoir brûlé Woodbury. À bout de force, il s’écroule au milieu d’une petite ville où il aperçoit une petite fille à la fenêtre d’une grande bâtisse. Il rencontre un groupe de quatre survivants dans ce même bâtiment. Le groupe est constitué d’un vieil homme malade d’un cancer des poumons en phase terminale, de deux sœurs et d’une fillette. Le vieil homme est mourant, il a donc besoin d’oxygène que s’empresse d’aller chercher le Gouverneur dans une maison de retraite voisine en risquant sa propre vie. Ce dernier devient proche de la petite en laquelle il reconnaît sa propre fille. Après le départ de leur lieu de survie, ils sont attaqués pas une horde de rôdeurs, ils sont vite découverts par Martinez, l’ex-lieutenant du Gouverneur qui leur sauve la vie.

*attention, spoilers!

Après un épisode 5 plutôt réussi, bienvenue dans un épisode 6 jeté dans la boue ! Un épisode sur le Gouverneur, difficile quand comme moi on n’aime pas le personnage, mais pourquoi pas. Seulement voilà, cet horrible bonhomme est présenté comme une sorte de cow-boy solitaire sur lequel il faudrait s’apitoyer après toutes les horreurs qu’il nous a montrées. Cette évolution bien trop rapide n’est absolument pas crédible !

The Walking Dead _ Season 4, Episode 6 - Photo Credit: Gene Page/AMC

Toutes les actions prises par le Gouverneur dans cet épisode sont en contradiction complète avec sa caractérisation première. On ne comprend vraiment pas pourquoi il aide cette famille. Le transfert de sa fille sur la petite Megan est trop rapide et du coup on n’y croit pas une seconde ! Pire, à la fin, alors que la fillette a compris la dangerosité et a ressenti la violence qui émanait du personnage, le Gouverneur écartèle un zombie juste devant ses yeux. Une scène atroce que la gamine est obligée de regarder pour finalement… se jeter dans les bras de son sauveur psychopathe !

twd6

La relation avec la mère est tellement courue d’avance que l’on sent le moment où elle va lui dire « Oh mon dieu Brian, tu nous as trahi ! » après avoir couché avec lui à peine rencontré. Mais que font les scénaristes ? The Walking Dead est-il devenu un soap où l’on se demande qui va coucher avec qui ? Y aura-t-il des enfants (Glenn et Maggie) ? Y aura-t-il trahison ? Un père peut-il s’occuper de sa fille (Rick et Judith) ? Honnêtement, on s’en fiche un peu non ? Le but est la survie, la « vie » auprès de ces créatures. Dans la saison précédente, le Gouverneur représentait la part animal de l’Homme ; celui qui ne se soucie pas des autres ; l’égoïsme à l’état pur. Maintenant, il serait une sorte de héros, de revenant plus humaniste et défenseur de la veuve et l’orphelin…

L’épisode ne dit rien, ne montre rien (si ce n’est un zombie dont la tête est écartelée par un os humain !), mais surtout manque de dynamisme, de tension et de contenu. Sur 45 minutes, il y a au moins 30 minutes de dialogues, de silence, de petits sourires. Bon… On regarde, on attend qu’il se passe quelque chose et puis finalement rien jusqu’à la fin !

CONCLUSION

Cet épisode enfonce un peu plus la série qui devient très ennuyeuse, soulevant des questions et mettant en avant des points de vue inintéressants et peu pertinents. Il est très difficile de continuer à suivre cette série que les producteurs auraient mieux fait de stopper.

A suivre…