Quand nous retrouvons Ganta dans ce sixième volume, il sort du mitard où il a passé une semaine depuis la tentative de Scar Chain pour faire connaître au monde entier la réalité de Deadman Wonderland. Il n’a pas voulu donner de noms durant tout ce temps. Un vrai dur quoi… D’autant que la presse a pu obtenir des informations et que la prison est désormais sous les feux de l’actualité. Tous les médias en parlent et le deadman est désormais connu de tous comme étant un mal du sang que le directeur Tamaki utilise pour faire des essais de laboratoire. Arrivera-t-il à redorer son blason pour pouvoir poursuivre ses expériences ? Il n’est pas certain que les soutiens qu’il a au sein de la Commission soient assez peu carriéristes pour le suivre.

La chef des gardiens, la pulpeuse et cruelle Makina, voit là un moyen d’obtenir plus de pouvoir dans la prison, voire d’évincer Tamaki, son ennemi. Pour cela, il faut qu’elle en sache un peu plus sur les sous-sols et notamment sur le fameux secteur G. Elle recrute donc un agent, la belle Azami. Pour l’instant, les deadmen ont acquis le droit d’être en surface, mais cela ne durera certainement pas.

Nous sommes dans un volume clé où Ganta se reconstruit avec l’aide de Shiro qui fait tout pour qu’il retrouve l’appétit. La mort de Nagi lui porte un sale coup au moral et Shiro fait tout pour que leur amitié reprenne de la vigueur maintenant que Ganta lui est revenu. Mais pour combien de temps ? En effet, Ganta pourrait être appelé une fois de plus à la renier afin de l’éloigner pour sa protection. Un nouveau danger guette les deadmen, car une nouvelle espèce de combattant a fait son apparition : les ninbens.

C’est Azami qui a les honneurs de la couverture et nous découvrons au verso un masque de ninben. Les graphismes restent fabuleux sans être surchargés. Nous retrouvons des combats, sanglants et terrifiants. Les amitiés se tissent et se défont, alors que nous retrouvons de vieilles connaissances dont nous ne savons plus quoi penser. La tension narrative est une fois de plus relancée avec ces ninbens. Jinsei Kataoka et Kazuma Kondou nous donnent une belle leçon de manga avec cette gestion des conflits à plusieurs niveaux. Une réussite assurément, mais seulement pour un public averti.

Deadman Wonderland 6
Jinsei Kataoka et Kazuma Kondou
Editions Kana
Collection Dark Kana
2011
6,85 €