contrepoint_FINALQu’est ce que l’anthologie Contrepoint ? Comme l’explique Laurent Gidon dans sa préface, que vous pouvez retrouver ici, l’objectif  est l’absence de conflit. La quatrième de couverture expliquera ça mieux que moi :

Peut-on écrire des histoires dans lesquelles il n’y aurait ni guerre, ni conflit, ni violence ?

Un vrai défi qu’ont relevé avec talent, sensibilité et humour neuf des plus belles plumes de l’imaginaire en France sous la direction de Laurent Gidon.

Pour commencer, sachez que vous ne pourrez pas acheter cette anthologie : celle-ci est offerte pour l’achat de deux ouvrages aux éditions ActuSF. Vous pouvez néanmoins vous procurer les nouvelles de façon individuelle et au format numérique sur le site de l’éditeur.

Voici le sommaire :

  • « L’Amour devant la mer en cage » de Timothée Rey
  • « Le Chercheur de vent » de David Bry
  • « Petits arrangements intra-galactiques » de Sylvie Lainé
  • « Nuit de visitation » de Lionel Davoust
  • « Tammy tout le temps » de Laurent Queyssi
  • « Avril » de Charlotte Bousquet
  • « Permafrost » de Stéphane Beauverger
  • « Mission océane » de Xavier Bruce
  • « Semaine utopique » de Thomas Day

« L’amour devant la mer en cage » : j’ai largué les amarres au bout de trois pages, je suis totalement hermétique à ce type de texte….

« Le chercheur de vent » : très beau texte qui respecte très bien la charte de l’anthologie, les descriptions sont magiques, j’ai bien cru voler avec lui tant la narration est sublimement imagée.

« Petits arrangement intra-galactiques » : un texte savoureux à consommer sans modération.

« Nuit de visitation » : une nouvelle de Lionel Davoust qui se déroule dans l’univers de Léviathan, mais absolument accessible sans connaître le thriller. Je pense qu’avec ce texte, l’auteur pourra  convaincre ceux qui ne s’y sont pas encore décidés à se précipiter acheter les deux premiers tomes de Léviathan. Une nouvelle qui traite avec pertinence du thème de la mort et du pardon. Un texte qui a su faire passer les émotions …

« Tammy tout le temps » : j’avoue que je l’ai lu en entier, mais qu’il ne me reste rien, je suis passée à côté.

« Avril » : pour moi la petite pépite de l’anthologie, cela fait déjà un moment que je me dis qu’il faut que je lise du Charlotte Bousquet. Et là je n’ai pas été déçu. Un texte post-apocalyptique cybernétique poétique où l’amour ne connaît aucune frontière. Etant une grande fan de Wall-E, d’une certaine manière j’y ai retrouvé les mêmes saveurs.

« Permafrost » : même si cette nouvelle n’a pas retenu mon attention autant que d’autres, cela reste un texte fort qui dans son objectif se veut sans conflit mais qui n’en n’est pourtant pas exempt.

« Mission océane » m’a fait penser aux amours des mantes religieuses. Ou quand un soldat ne devient pas forcement un gros bill écervelé devant l’inconnue. Encore un beau texte …

« Semaine utopique » me laisse sans opinion …

J’ai pris le choix de ne pas résumer chaque nouvelle,  étant donné les 130 pages de l’anthologie, je ne voulais pas risquer de dévoiler trop de contenu.

En conclusion, le bilan de cette anthologie s’avère de mon point e vue assez positif et c’est assez surprenant de lire une nouvelle en sachant dès le départ qu’il y aura absence de conflit. Il existe une vrai attente dans la manière dont l’auteur va mener son récit. Et s’il fallait faire un rapport qualité-prix de cet ouvrage, je dirais qu’il est presque inévitable de se le procurer si vous achetez des ouvrages aux éditions ActuSF.

 

Contrepoint
Présenté par Laurent Gidon
Editions ActuSF
Anthologie offerte sous conditions