Accueil / Musique / Métal / 1426 – Nightshade
Bannière Institut de la Musique

1426 – Nightshade

Le metal recèle régulièrement de petites pépites fort agréables à l’écoute, et je vous propose aujourd’hui de vous plonger dans l’univers de Nightshade, groupe français qui n’en est pas à ses débuts et revient avec un nouvel album, énigmatiquement intitulé 1426. Mais que se cache-t-il donc derrière cette pochette décrivant une forêt inquiétante ? La réponse tout de suite !

1426 débute l’album de belle manière avec une entrée des instruments les uns après les autres sur une ritournelle entêtante. Lorsque la seconde guitare entre dans la danse le rythme devient plus prenant, puis la voix du chanteur prend alors toute la place dans nos oreilles. Et là pour moi ça a été un peu la baffe car le son est excellent, bien réalisé et l’ensemble fonctionne extrêmement bien. L’alternance entre moments plus calmes et d’autres plus énergiques est parfaitement géré également et une mélancolie impressionnante se dégage de ce morceau. Save It For The Depths propose ensuite un son plus brut, plus hardcore, qui s’avère moins dans ce que j’aime mais tout en gardant cette rage mélancolique si séduisante.

Et finalement cela résume bien l’album : une alternance de morceaux de différentes influences metal mais qui garde néanmoins un élément de cohérence globale : la puissance et l’émotion. Par exemple Aokigahara, piste qui termine l’album, et le voyage de notre protagoniste (vous en découvrirez plus sur l’histoire derrière cet album dans l’interview à venir du groupe), qui est entièrement instrumentale. Elle conclue merveilleusement l’ensemble avec une mélancolie qui met un poil final à l’histoire. Brother In Arms propose un metal très brutal, violent comme on aime, comme une sorte de catharsis après les émotions vécues précédemment. En comparaison Ruins s’avère plus classique dans la forme, mais également plus mélodique, bien que toujours aussi immersif. Ma chanson préférée ? Je citerais clairement Moonchild, qui emprunte quelques-uns des codes du Black metal pour proposer un ensemble musical de toute beauté.

Je définirais cet album en trois mots finalement : puissant, mélancolique et immersif. Ce sont à mon sens les trois éléments que j’ai ressenti à l’écoute de ce CD qui clairement devrait rencontrer le succès car tout du long le groupe démontre une belle maîtrise à la fois de la composition, du concept mais également de la réalisation de leur album.

1426
Nigthshade

2018

Eldricht Tales

A propos de Thomas Riquet

Passionné de littératures de l'imaginaire il cherche à faire partager sa passion au plus grand nombre à travers ses chroniques et le site. Depuis 2011 il est également anthologiste et directeur de la collection Reflets d'Ailleurs (Fantasy) des Editions Asgard, sous son vrai nom. Ce faisant il assure également la direction littéraire d'anthologie lorsque tous ses boulots lui en laissent le temps, ce qui arrive trop rarement à son goût..

Lisez aussi

Name This Fucking Second Record Yourself – Dirty Rodeo

Le duo de rockeurs déjantés de Dirty Rodeo est de retour sur le devant de …

Guerre et Peste – Sombre Imperium – Guy Haley

Dark Imperium, renouveau scénaristique de la licence de jeux et de roman Warhammer 40.000 continue …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *